Ce qu’il faut retenir de la London Fashion Week

Après l’ouverture de la Fashion Week à New York du 6 au 13 septembre, c’est ensuite à Londres que le monde de la mode se retrouvait afin d’assister aux défilés.

Que ce soit pour des créateurs renommés ou de jeunes prometteurs qui débutent dans le milieu, chaque Fashion Week réserve son lot d’évènements marquants. Et cette fois-ci, c’était aussi pour certains l’occasion de faire entendre un message dépassant le cadre de la haute-couture.

Le tour de force de Riccardo Tisci

Pour ses débuts chez Burberry, l’ancien directeur artistique de Givenchy a résolument apporté une touche de fraicheur et de modernisme à la maison britannique. Avec un vestiaire mélangeant le très chic et le parfois sportif, aussi bien pour homme que pour femme, Tisci a donc présenté pour ses débuts plus de 130 looks. Ces derniers ayant pour objectifs de séduire les adeptes d’un vestiaire chic et bourgeois, comme de résonner auprès de clients plus jeunes et désireux de consommer du luxe mais à l’identité moderne, cool et parfois sportive. Après de tels débuts, la suite s’annonce prometteuse.

Notre review complète du show est à retrouver ici.

L’engagement de Vivienne Westwood

Dès le premier jour, le ton était donné avec Vivienne Westwood : il s’agissait de mode accompagnée d’un engagement. La créatrice a souhaité bouleverser les codes en présentant un lookbook comme défilé pour cette saison, et a mis en avant des vêtements non genrés. La créatrice a ainsi imaginé des pièces unisexes et a fait porter des vêtements aux allures “boyish” aux femmes, et d’autres pièces dîtes féminines aux hommes. Vivienne Westwood voit ainsi ses créations comme des toiles blanches où toutes les réalisations sont envisageables. Avec en prime, un précieux conseil pour cette saison : “Achetez moins, habillez-vous mieux !”

Un anniversaire pour Victoria Beckham

Afin de fêter les dix ans de sa marque, Victoria Beckham se trouvait également parmi les créatrices les plus attendues de la Fashion Week de Londres. L’ancienne Spice Girls sortait il y a dix ans de cela sa toute première collection, consistant simplement en dix robes. Lors de son premier défilé, Victoria Beckham se voulait inclusive en mettant en valeur des femmes et filles de tous les âges. C’est pourquoi ici, elle a notamment choisi la mannequin Stella Tenant âgée de 47 ans pour débuter le show. Dans le même temps, les coupes et couleurs présentées lors du défilé correspondaient finalement bien à l’identité de la marque : à savoir du beige, du crème, du noir, du rouge, le tout accompagné de coupes judicieuses.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Victoria Beckham (@victoriabeckham) le

Les débuts d’Alexa Chung

Enfin, le premier défilé de la présentatrice télé, mannequin, écrivaine et créatrice anglaise Alexa Chung était l’un des évènements à ne pas manquer lors de cette Fashion Week. La collaboratrice à la rédaction du magazine Vogue à Londres s’est enfin lancée sur le catwalk, et pas n’importe lequel : un catwalk aux allures de couloirs/halls d’un aéroport. Les sandales méduses transparentes feront ainsi très certainement leur retour dès le printemps grâce à Alexa Chung qui les a remis au goût du jour accompagnées de robes nuisettes ou bien de trenchs en vinyle bleu ciel. Une première convaincante.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Backstage before our @alexachungstagram SS19 show this past weekend.

Une publication partagée par Alexa (@alexachung) le

À découvrir aussi, nos streetstyles préférés de la New York Fashion Week.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed