Soucieux de mettre en avant la culture skate à travers le monde, adidas organise depuis plusieurs années maintenant les Das Days aux quatre coins du globe. Après Los Angeles, New York ou encore Sao Paulo, c’est désormais Paris qui a été mis à l’honneur par l’évènement.

Organisé du 28 septembre au 6 octobre, l’évènement parisien a démarré fort dès son premier jour puisqu’ont notamment eu lieu ce samedi l’avant première du court-métrage d’adidas Skateboarding “Oh! La la”, ainsi qu’un live de Roméo Elvis. Au-delà de ça, il est avant tout question de mettre pleinement en valeur la culture skate en France à travers la présence de nombreux passionnés se réunissant autour d’un amour commun. Ateliers vidéos et photos, jeux, showcases ou encore session skate ouverte au public, les propositions sont nombreuses lors de cette semaine du skate à Paris.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par adidas Skateboarding (@adidasskateboarding) le

Pour nous, cet évènement a été l’occasion de s’entretenir avec un champion du domaine. À 31 ans, le toulousain Lucas Puig est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs skateurs français, fort d’une carrière professionnelle qui a démarré en 2014. Rapidement considéré comme un jeune prodige du skate hexagonal, Lucas a gagné à 13 ans le Teenage Tour lui permettant ainsi d’attirer tous les regards sur son talent. Ambassadeur d’adidas Skateboarding depuis 2011, le toulousain était présent ce week-end dans le 10ème arrondissement parisien à l’occasion des Das Days d’adidas. Entretien.

À quel âge as-tu découvert le skate et comment as-tu débuté la pratique ?

J’ai commencé à 10 ans avec la planche d’un pote qui trainait dans sa chambre, je l’ai emprunté et j’ai jamais arrêté. Pour apprendre la pratique, j’ai débuté en autodidacte en quelque sorte et après je suis rapidement allé dans un skate-shop et j’ai pu rencontrer 2 ou 3 skateurs qui m’ont aidé.

Comment s’est déroulé la transition vers une pratique professionnelle ?

Le fait de rencontrer des skateurs plus âgés m’a permis d’aller à des compétitions avec eux et de là j’ai commencé à me montrer, obtenir mes premiers sponsors, à partir de là tout s’est enchainé.

Et c’est à partir de quel âge que tu as su que tu pouvais en faire ton métier ?

Vers 15 ans je pense. Je commençais à gagner de l’argent et j’ai compris que ça pouvait continuer et devenir sérieux.

Sur ton compte Instagram, on peut voir beaucoup de vidéos qui mettent bien en avant ce que tu fais. Est-ce que tu perçois ce réseau social comme un game changer pour se faire connaître dans le monde du skate ?

Ouais complètement, c’est quelque chose qui est vraiment cool pour les jeunes, notamment ceux qui habitent dans un petit village où c’est difficile de se faire connaître, alors que là il suffit qu’il mette un tricks qui va être reposté par 2 ou 3 gros comptes et donc à partir de là tout le monde va connaitre ce gamin. C’est comme ça qu’ils se font approcher par des marques, d’autres skateurs etc.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

📹 @gunzzz @jlbees allday #AwayDaysLosAngeles

Une publication partagée par LucasPuig (@lucaspuig) le

Du coup aujourd’hui tu dirais que c’est plus simple de se faire repérer dans le milieu ?

C’est plus simple mais après y’en a plus du coup, y’a même beaucoup plus de monde, donc faut sortir du lot d’une façon ou d’une autre, même si ça reste plus simple de se faire repérer. Avant il fallait être sponsorisé pour apparaître dans une vidéo qui a de la visibilité, parce que les vidéos amateurs personne ne les regardait.

Est-ce que tu penses qu’en France, ces dernières années, la culture a progressé ? Notamment en s’inspirant des États-Unis et de la dynamique là-bas.

Ouais je pense que ça a repris un coup de boost ces dernières années, notamment avec Internet et Instagram, ça permet de toucher un plus grand public plus facilement.

Dans cette logique de toucher un plus grand public, est-ce que tu penses qu’un évènement comme les Das Days d’adidas c’est le meilleur moyen de faire découvrir ce qu’est la culture skate ?

Tout à fait, et je pense que c’était l’ambition première de l’évènement. Parce que d’un coté il y a le skate, mais il y a aussi tout ce qu’il y autour, que ce soit la musique, l’art, la vidéo et bien sûr le skatewear.

Justement en parlant de skatewear, est-ce que tu pourrais nous parler de ton lien avec adidas et Palace et notamment de vos projets communs ?

Avec adidas pour l’instant j’ai que les projets Das Days, à voir si ça évolue à l’avenir. Avec Palace, ils sont en train de tourner et de préparer beaucoup d’évènements auquel je vais prendre part, tout ça dans un futur proche.

dsc_6257
dsc_6250
dsc_6234
dsc_6204

Photo : @une.seconde.a.perdre

Toujours au sujet du skatewear, il y a 2 ans Brendon Babenzien, fondateur de NOAH et ancien directeur artistique de Supreme, avait sous-entendu que selon lui, les gens qui portent du skatewear sans faire de skate n’avaient pas (ou peu) de personnalité. Toi qui est skateur, comment tu perçois la popularité du skatewear et son rapport au grand public ?

Ça a toujours été comme ça en vrai, il y a toujours eu des personnes qui s’habillaient « en skateur » sans en faire, sauf que maintenant s’habiller comme ça, ça ne veut plus dire grand chose vu que la plupart des skateurs s’habillent comme tout le monde. Et même de base il y a plusieurs styles chez les skateurs et dans le skatewear, du coup c’est impossible limiter ça aux pratiquants. Aujourd’hui on peut faire la différenciation entre quelque chose plus street ou de plus « habillé », mais c’est tout.

Du coup c’est une façon trop catégorique de penser pour toi ?

Ouais je trouve. Ça a toujours été comme ça et ça le restera. Et heureusement.

Toujours dans les thèmes reliés au skate, est-ce que la musique est quelque chose qui a de l’importance dans ta pratique régulière ?

La musique m’accompagne surtout quand on fait des montages de vidéos, parce que quand je skate j’en écoute pas étant donné que j’en ressens pas l’envie et j’ai besoin d’être concentré. Il faut qu’il n’y ait rien autour pour que je sois focus comme il se doit. Je sais qu’il y a des skateurs qui pratiquent tout le temps avec leurs écouteurs, donc je pense que ça dépend vraiment des gens. Après, dès qu’on a filmé les bonnes images, on est super excité de trouver la bonne musique qui va aller avec, de faire les essais, le montage, tout ça. Donc le lien est quand même présent pour moi.

Est-ce qu’il y a d’autres projets personnels, au-delà du skate ou non, que tu voudrais évoquer ?

Je tiens une marque qui s’appelle Helas avec des amis et c’est un projet que j’aimerais vraiment continuer à développer. J’ai pas vraiment de rôle défini au sein de la marque, mais pour faire simple on est 3 associés et de mon côté, au-delà de l’image de marque, je fais un peu le couteau suisse.

C’était une façon d’amener ta vision du skate à travers le textile ?

En quelque sorte oui, au départ c’était simplement une marque de casquette et ça s’est développé dans le vêtement. C’est vraiment dans la lignée de ce qu’on a toujours aimé et ce qu’on a toujours porté, du coup ça paraissait logique de faire tout ça.

Donc on peut s’attendre à ce que même lorsque tu ne skateras plus tu resteras actif dans ce milieu ?

Oui je pense que je graviterai toujours autour de ce milieu. Ça fait pas mal de temps que j’y suis donc je pense que pratique ou pas, je ne serai jamais loin du monde du skate. J’aurais du mal à m’en détacher.

Vous pouvez retrouver Lucas Puig sur son compte Instagram et découvrir les Das Days d’adidas à Paris jusqu’au samedi 6 octobre.

dsc_6314
dsc_6279
dsc_6487

À lire aussi, entretien avec Rægular, le designer graphique à l’origine de certaines des plus belles covers du rap français

Pin It on Pinterest