L’intrigant silence de PNL

La stratégie du duo des Tarterêts interroge.

Nous sommes le 22 juin. Certains décuvent d’une Fête de la Musique trop arrosée, les lycéens passent le Bac, l’équipe de France a battu le Pérou la veille, même si personne ne se doute encore que les Bleus filent vers leur deuxième étoile. Kylian Mbappé et consorts ne sont pas encore définitivement entrés dans le coeur des français mais voilà que PNL fait son retour triomphal avec le single “À l’Ammoniaque”, éclipsant pendant quelques heures l’actualité centrée autour du mondial russe. Plus de deux ans après Dans la Légende, N.O.S et Ademo sont de retour aux affaires. Bien évidemment accompagné d’un clip dévoilé le vendredi à 20 heures, on ne change pas ses bonnes habitudes, le retour acoustique de PNL déchaîne les passions et accumule les millions de lectures sur YouTube. “À l’Ammoniaque” est par ailleurs salué par la presse spécialisée et par l’immense fanbase du duo, qui y voit un sublime renouvellement artistique, de très bonne augure pour la suite. Comme on pouvait s’y attendre, les théories ne tardent pas à fleurir sur la toile, tâchant de répondre à la question qui fait désormais frissonner le rap français : Quand sortira le nouvel album de PNL ?

La présence répétée du numéro 27 dans le clip du nouveau single du duo francilien ne peut alors signifier qu’une seule chose. PNL sera de retour le 27 juillet, c’est certain. Il n’en sera finalement rien. La symbolique du 27 était en réalité une référence au numéro du bâtiment qui a vu grandir N.O.S et Ademo au sein de la cité des Tarterêts. Un mois et demi de silence musical plus tard, les frères Andrieu reviennent à l’assaut des charts avec le solaire “91’s”, porté par une production résolument électro, une ambiance Miami Vice et une atmosphère générale qui sent bon l’été. Très différent sur la forme, ce second single semble lui aussi indiquer que la sortie du troisième projet de PNL est imminente. Pas de clip cette fois-ci, mais une date en ligne de mire : le 24 août et le concert événement du duo au festival Rock en Seine, le premier live du groupe depuis la fin de leur tournée à l’automne 2017. Nombreux sont ceux à espérer une sortie de l’album à la fin du concert donné au Domaine de Saint-Cloud, ce dernier tombant un vendredi, le jour des sorties.

La suite, tout le monde la connaît. PNL se produira devant un public clairsemé, offrant toutefois un beau spectacle aux festivaliers présents pour l’occasion. Mais depuis ce live parisien en demi-teinte, le mot d’ordre est au silence. Une rumeur évoquant les cycles de lune prévoyait la sortie du nouveau projet pour le 25 septembre, avant qu’une autre ne fasse irruption dans le courant du mois d’octobre. Une théorie chasse l’autre et au final, personne ne peut dire quand sortira le successeur de Dans la Légende. PNL revient finalement au coeur des débats il y a quelques jours seulement, une projection du film de leur tournée étant organisée par Vice à la Géode du Parc de la Villette. À moins d’un mois de la fin de l’année et quasiment six mois après la sortie de “À l’Ammoniaque”, la stratégie adoptée par N.O.S et Ademo a de quoi laisser perplexe.

Résultat de recherche d'images pour "pnl"

Habituellement virtuose dans leur communication, qui a toujours été inventive et millimétrée, les frères Andrieu se retrouvent aujourd’hui dans une position étrange. Le buzz autour de leur nouveau projet est totalement retombé, la faute à des timings de sortie étonnants. On pense surtout au tube calibré pour l’été “91’s”, paru au début du mois d’août, la période qui est sans aucun doute la plus creuse de l’année sur le plan médiatique. Il est coutume de dire que pour intégrer les rotations estivales, un morceau doit sortir dans le courant des mois d’avril ou de mai. Avant d’inonder les ondes radiophoniques et les playlists de millions de vacanciers, un potentiel tube a en effet besoin de temps pour arriver à la consécration estivale. Le timing de sortie est donc un point crucial pour assurer son succès, le titre ne devant pas sortir trop tôt dans l’année, pour ne pas s’essouffler, ni trop près du coeur de l’été, comme ce fut malheureusement le cas avec “91’s.” N’oublions toutefois pas que le dernier single en date de PNL s’est immédiatement classé en tête des ventes iTunes et a battu le record du titre français le plus streamé en 24 heures et en une semaine. Il serait donc totalement déplacé de parler d’échec commercial. Ce raz-de-marée de streams, comme toujours avec PNL, ne doit toutefois pas nous empêcher de penser que “91’s” n’a pas eu l’impact qu’il aurait pu (dû ?) avoir sur l’été 2018.

Le motif d’espoir pour les fans réside désormais dans le fait que PNL nous a déjà fait languir par le passé. Le single “Plus Tony que Sosa” avait en effet été dévoilé presque six mois avant la sortie de Le Monde Chico et “La vie est belle” était arrivé sept mois avant Dans la légende. À chaque fois, le duo avait néanmoins commercialisé 3 ou 4 singles avant de publier leur album, ces sorties de morceau intervenant à des intervalles relativement réguliers. Tout le monde se demande désormais à quoi joue PNL. Sommes-nous une fois de plus les heureuses victimes d’une stratégie impossible à décrypter sur le moment ou le duo fait-il face à une véritable période de flottement ? Étant donné le voeu de silence médiatique qu’ont juré d’honorer N.O.S et Ademo, nul ne le sait. Une sortie avant la fin 2018 paraît toutefois difficilement envisageable, tant la période des fêtes marque une pause dans l’industrie musicale. Mais dans un moment de l’année où la plupart des artistes essuieraient un échec commercial colossal, les frères Andrieu pourraient réussir à faire tomber de nouveaux records tant ils évoluent dans d’autres sphères commerciales que les autres artistes de l’Hexagone. PNL se serait-il lancé le défi de cartonner à Noël ? Là encore, personne ne peut raisonnablement s’avancer sur cette hypothèse.

Toutes ces interrogations demeureront donc sans réponse. ll ne fait aucun doute que PNL reviendra pour un troisième album, qui rencontrera à son tour un succès national d’envergure. C’est peut-être là que réside la véritable force de PNL. Quel artiste francophone, mis à part le duo des Tarterêts, pourrait se permettre de ne communiquer qu’une dizaine de fois par an, de ne donner aucune interview, de ne jamais faire de promo et de faire attendre ses fans de longs mois, sans aucune échéance annoncée, avant de réaliser des ventes monumentales ? À cette question, la réponse apparaît cette fois limpide : personne. Cet interminable silence, dérangeant, intrigant, décourageant, PNL peut se le permettre. Et cela rend l’oeuvre construite au fil des ans par Tarik et Nabil Andrieu encore plus unique en son genre.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed