Comment le short cycliste est devenu la tendance phare du moment

Emprunté au vestiaire des sportifs, le short cycliste s’apparente à un short moulant, souvent composé de matières synthétiques et stretch telles que le lycra, ou encore un mélange de coton et d’élasthane afin d’allier le confort à la souplesse. Dans les années 80, la tendance de « l’athleisure », au croisement du gymwear et du vêtement à porter partout, avait prouvé qu’il était possible d’avoir du style tout en portant des pièces confortables, et mettait en avant le short cycliste d’une toute autre manière. On peut notamment se souvenir des nombreuses sorties de Lady Diana portant un short cycliste d’un orange néon vif ou encore du duo Véronique et Davina, présentatrices du cultissime Gym Tonic, qui avait popularisé la pièce en 1982. Le cycling short connaîtra un tournant décisif lors de la décennie suivante, en 1991, embrassant toute sa dimension stylistique sur le podium de Chanel, sous la direction de Karl Lagerfeld, lors d’un défilé inspiré par les sports nautiques.

Vingt-cinq ans plus tard, le short cycliste est le témoin de l’ouverture d’esprit progressive de notre société vis à vis du sportswear. Devenu symbole de mauvais goût dans les année 90, cette tendance fait son grand retour en 2018. Kim Kardashian, LA superstar des réseaux sociaux, arbore en effet le short cycliste dans les rues des quartiers huppés de Los Angeles, avant de progressivement l’intégrer à sa garde robe quotidienne. De nombreux labels pointus l’adoptent par la suite, ces derniers étant réputés pour donner la température fashion quelques saisons en amont. Le précurseur ?  Sans aucun doute Virgil Abloh chez Off-White. Les inspirations aventurières s’adaptent à la forme cycliste pour le défilé Fendi printemps/été 2019. Silvia Venturini Fendi et Karl Lagerfeld avouent s’être inspirés des tendances Instagram pour cette collection. On retrouvera également le short cycliste chez Chanel, Alexander Wang, Dolce & Gabanna, Saint Laurent, Jacquemus, Marine Serre, Prada, Roberto Cavalli… Aucune grande maison ne semble échapper à la tendance.

Des marques non conventionnelles tels que 1017 Alyx 9SM, GmbH et Heliot Emil ont permis l’émancipation du bike shorts en offrant au monde une pièce à la portée unisexe, touchant ainsi de plus en plus le vestiaire  masculin. La tendance ne s’arrête toutefois pas aux podiums, l’engouement est tel que toutes les marques de l’univers fast-fashion se mettent à produire tout un panel de shorts cyclistes différents. Cette pièce “anti-mode” destinée aux jeunes, répercutée sur les réseaux sociaux, est en effet une source d’inspiration très lucrative pour les mastodontes mondiaux du prêt-à-porter.

Outre sa valeur stylistique, le short cycliste peut également être analysé sous le prisme de la psychologie des masses. Depuis l’avénement des réseaux sociaux, le culte du corps tourne à l’obsession. L’acceptation de son physique reste au coeur du sujet d’une pièce aussi marquée, qui allège et qui sublime la silhouette. “Masquer son corps pour mieux le montrer” demeure la ligne de conduite de cette tendance. Le retour du bike Shorts a par ailleurs ouvert la voie à des tendances inattendues comme celle des lunettes de cyclisme, très convoitées lors des dernières Fashion week, à l’image des créations solaires de la marque Oakley. Adoubé par les créateurs les plus en vogue, par les plus grandes influenceuses, des Kardashian aux soeurs Hadid en passant par Chiara Ferragni et Emily Ratajkowski, véritable star des podiums et des réseaux, le short cycliste est assurément l’une des tendances marquantes de ce début d’année. Lady Di aurait apprécié.