Tout ce qu’il ne fallait pas rater dans la mode cette semaine

Demna Gvasalia quitte Vetements

C’était assurément l’événement du début de semaine. Le créateur géorgien a annoncé qu’il quittait le label Vetements, une marque qu’il a lui-même fondée en 2014. Rapidement devenu un acteur incontournable du luxe, Vetements a exercé une influence très forte sur de nombreux créateurs au moment de son apogée. “Contre toute attente, la mode a changé à tout jamais avec la création de Vetements et a ouvert une voie pour tellement de gens” a expliqué Demna Gvasalia au moment d’évoquer son départ. Il poursuit : “J’ai l’impression d’avoir accompli ma mission de concepteur et de designer innovant au sein de cette marque extraordinaire. Vetements est devenu une entreprise qui peut faire évoluer son héritage créatif vers un nouveau chapitre indépendant.” Le créateur slave continuera d’assurer son rôle de la création chez Balenciaga, tout en précisant qu’il allait bientôt “se lancer dans de nouvelles aventures.” On a hâte de voir ça.

La nouvelle collaboration entre Nike et Pigalle

La marque fondée par Stéphane Ashpool s’est une nouvelle fois associée à Nike pour créer une collection capsule. Les deux labels ont tout d’abord créé un nouveau terrain de basket flambant neuf et coloré, du côté de Pékin. Le revêtement de ce playground est intégralement construit avec des matériaux issus du programme Nike Grind, ce qui correspond à environ 45 000 sneakers recyclées. Outre une collection apparel comprenant t-shirts, débardeurs et shorts, Pigalle a également collaboré avec Converse (marque qui appartient à Nike) pour imaginer deux paires de Chuck 70 low et de All Star Pro BB, qui reprennent la gamme chromatique présente sur le nouveau terrain de basket conçu par Ashpool et la marque au swoosh. Une franche réussite.

Un défilé 100% écolo pour Burberry

Alors que la marque britannique vit une véritable renaissance sous la direction créative de Ricardo Tisci, elle n’en oublie pas non plus les grands enjeux de notre époque. À l’occasion de son défilé pour la London Fashion Week, Burberry a en effet organisé le premier show sans aucune émission carbone de son histoire. Ce défilé “carbon neutral” a été rendu possible par une série de décisions prises par la marque, en créant notamment un décor suivant les normes du programme de collaboration des Nations Unies sur la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts dans les pays en développement. Une très bonne initiative, qui pourrait inspirer de nombreuses autres marques dans les mois à venir.

Supreme ferme sa boutique historique

Supreme Banner Box Logo New York City NYC Red White Lafayette Street

Une page de l’histoire du streetwear new-yorkais s’est définitivement refermée en cette fin de mois de septembre. La première boutique Supreme de l’histoire, située au 274 Lafayette Street, dans le branché quartier de Soho à New York, a fermé ses portes pour de bon. Après 25 ans de bons et loyaux services, le shop Supreme de Lafayette Street laisse place à celui du 190 Bowery, qui ne devait initialement être qu’un remplacement du premier cité, le temps que des travaux de rénovation se terminent. Il n’en sera finalement rien. Selon plusieurs témoignages recueillis sur les réseaux sociaux, l’ancien emplacement de Supreme est désormais disponible à la location pour la modique somme de $70 000 par mois. Une affaire.

Dior va publier un livre sur le travail de Kim Jones

La maison française s’est associé avec le célèbre éditeur Rizzoli pour créer “The Dior Sessions.” Cet ouvrage retracera la première année du designeur Kim Jones au sein de la marque, à travers plus de 100 portraits en noir et blanc de ses amis, de ses inspirations et de ses collègues. On retrouvera notamment A$AP Rocky, Robert Pattinson, David Beckham ou encore Takashi Murakami, immortalisés en train de porter des pièces conçues par le créatif londonien. Ce livre sera disponible à l’achat à partir d’octobre dans les boutiques de la marque, moyennant la somme de 115 euros.