Sans être brillant, “El Camino” offre à Jesse Pinkman la fin qu’il méritait

Cet article contient des spoilers de Breaking Bad et d’El Camino.

La fin de Breaking Bad est parfaite. Il semble importante de commencer par ça. Pourquoi donc sortir un film qui la prolonge ? Sur le papier, El Camino avait tout d’un projet voué à se prendre les pieds dans le tapis. Finalement, le film s’en sort plutôt bien en bouclant la boucle de son protagoniste le plus attachant, sans pour autant être le chef d’oeuvre que certains attendaient sans doute.

Vince Gilligan est un réalisateur qui aime prendre le temps de construire son château de cartes. On l’avait déjà entrevu dans la trame narrative de Breaking Bad puis Better Call Saul, El Camino en a été un sacré rappel ce vendredi. Le film de 2 heures est marqué un rythme particulièrement lent qui prend tout son temps pour s’arrêter sur le psychisme d’un Jesse Pinkman traumatisé. Le thème du stress post-traumatique est alors le pilier de la première moitié du film tant le personnage interprété par Aaron Paul est marqué physiquement mais surtout mentalement par son douloureux vécu. Le début du film est d’ailleurs très fort pour nous montrer à quel point Pinkman n’est plus le même homme après avoir été mis en cage par des nazis et traité comme un vulgaire animal de compagnie par Todd. On note que ce dernier a d’ailleurs facilement pris une dizaine de kilos par rapport à la saison 5, alors que le film est censé se dérouler au même moment. Le genre d’incohérence qui fait forcément tiquer les fans qui ont récemment revu l’ultime saison.

Ce détail physique mis de côté, on ne peut que noter l’excellente gestion de la temporalité du film, permettant de montrer l’évolution de Pinkman. Elle oscille entre flash-back de la détention de Jesse et de sa “relation” avec Todd à sa cavale dans le présent. L’effet miroir nous montre un personnage qui s’est endurci et a radicalement changé. Quand dans le passé il ne trouvait pas la force mentale et le courage pour pointer son arme sur Todd dans le désert, il le fait dans le présent face à un homme qu’il pense être un policier. Ce type d’opposition permet de comprendre une chose : Jesse Pinkman est désormais prêt à tout pour conserver sa liberté.

Ce travail sur le personnage de Jesse et sur sa relation avec Todd est véritablement l’un des gros intérêts du film tant il permet d’en apprendre plus sur lui. L’oeuvre est même tout bonnement portée par ses personnages. Toutefois, on est obligé de regretter que le film semble parfois être trop amoureux des reliques de son passé. On s’explique : il ne prend en effet aucune décision forte ou marquante qui permet de justifier véritablement l’histoire d’El Camino. Le film semble parfois avancer dans la crainte de faire la moindre erreur qui nuirait à la fin d’une série jugée parfaite. Certes, il réussit donc à ne pas écorcher la légende de Breaking Bad, mais est-il véritablement et indépendamment de la série, une oeuvre de grande qualité qui se suffit à elle-même ? On peut en douter.

Malgré ça, El Camino est un film solide qu’il serait bête de détruire sur le simple fait qu’il n’est pas assez proactif en comparaison de la série. Les acteurs sont excellents (surtout le duo Aaron Paul/Jesse Plemons), la mise en scène et le scénario permettent de maintenir une tension quasi constante et la photographie est une réussite. On pourrait presque en conclure qu’El Camino est du fan-service de bonne qualité, qui fera plaisir aux fans les plus dévoués de la série mais qui n’apportera pas forcément grand chose de plus. Le meilleur exemple de ça est sans doute la scène réunissant Jesse et Walt qui sonne un peu déjà vu mais qui est là pour satisfaire les fans avec une bonne dose de nostalgie. Un dernier adieu à Walter White en quelque sorte…

Globalement, en 62 épisodes et un film, personne n’a souffert comme Jesse Pinkman dans l’univers de Breaking Bad. Personne n’a autant évolué non plus. Alors même si El Camino ne restera pas dans l’histoire comme un chef d’oeuvre, il aura au moins le mérite d’avoir offert à l’un des personnages les plus attachants de l’histoire de la télévision une fin à sa hauteur. La boucle est définitivement bouclée.

El Camino est disponible sur Netflix.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed