Ce qu’il faut savoir sur “The Mandalorian”, la nouvelle série Star Wars

disney+ france star wars The Mandalorian

Alors que Disney s’apprête à mettre en ligne sa plateforme de streaming Disney+, ce lancement s’accompagnera de la sortie d’une série très attendue par les fans de Star Wars : The Mandalorian.

Cette création de Jon Favreau (réalisateur d’Iron Man et producteur d’Avengers) sera diffusée dès le 12 novembre aux États-Unis sur Disney+. Son intrigue se déroulera entre l’épisode 6 “Le Retour du Jedi” et l’épisode 7 “Le Réveil de la Force”. Elle se concentrera sur les péripéties d’un mercenaires mandalorien dont la tunique n’est pas sans rappeler celles des personnages iconiques que sont Boba et Jango Fett. Le chasseur de prime qui tient le rôle principal est interprété par l’excellent Pedro Pascal (Game of Thrones, Narcos) pendant que l’ancienne championne de MMA Gina Carano et Giancarlo Esposito (Gus dans Breaking Bad) seront aussi au casting. Côté équipe technique, on ne peut que se réjouir de la présence de Ludwig Göransson, compositeur attitré de Childish Gambino et qui a aussi reçu un Oscar pour son travail sur la B.O de Black Panther.

Avec 100 millions de dollars de budget pour seulement 10 épisodes, Disney n’a pas lésiné sur les moyens pour The Mandalorian. Si l’attente n’est pas aussi grosse que pour la conclusion de la nouvelle trilogie qui arrivera au cinéma le 20 décembre, Disney n’a toutefois pas le droit à l’erreur avec cette série. Elle reste un évènement à part entière, qui doit accompagner l’arrivée d’une nouvelle plateforme. En clair, le fan service ne suffira pas, il faudra que The Mandalorian propose au public une histoire originale solide, et surtout, une bonne grosse dose de divertissement.

La mauvaise nouvelle pour les européens, c’est que l’arrivée de Disney+ n’a pas encore été annoncée sur le vieux continent. Il faudra donc soit user d’un VPN le mois prochain pour découvrir la série, soit faire preuve de patience jusqu’à 2020.

À lire aussi : Sans être brillant, “El Camino” offre à Jesse Pinkman la fin qu’il méritait.