Comprendre l’industrie musicale : ce qu’il faut savoir sur les contrats en maison de disque

Jeune rappeur ou fan curieux, ce guide est fait pour vous.

industrie musicale contrats

À l’aube d’une nouvelle décennie, l’enjeu est énorme pour les entités qui constituent l’industrie musicale. Qui sera la tête d’affiche des années 2020 ? Quels sont les artistes sur qui miser ? Qui sont ceux qui disparaitront aussi vite qu’ils sont arrivés ? Dans une ère où la musique se consomme toujours plus rapidement, où de nouveaux protagonistes apparaissent tous les jours, il est important pour chacun de bien connaître son activité avant de s’y engager. Lorsqu’un artiste fait face à son premier contrat, il n’a dans la majorité des cas pas totalement connaissance des particularités de ce dernier. Chacun d’eux possède de nombreuses opportunités, mais également des pièges dont il doit se méfier. On a tenté de vous expliquer, le plus simplement possible, les avantages et les inconvénients des différents contrats musicaux.

Le contrat de distribution

Exemple : PNL chez Believe

C’est l’accord le moins engageant pour les deux parties. Il est idéal pour les nouveaux artistes déjà bien structurés, ou pour ceux dont la volonté est de rester indépendant. Signer un contrat de distribution ne remet en aucun cas en cause l’indépendance d’un artiste. Des structures de distribution pour ce genre de cas existent (par exemple Believe, qui distribue la musique de PNL). Dans la majorité des cas, le pourcentage le plus gros ira à l’artiste, car à la différence d’un contrat de licence, il ne bénéficie pas de la légitimité et du soutien d’une maison de disque/d’un label. Les avantages pour ce dernier seront donc simples : la présence en point de ventes pour une éventuelle version physique et/ou une visibilité accrue sur les plateformes de streaming. Tout le reste étant à la charge de l’artiste.

Le contrat de licence

Exemple : PLK chez Panenka Music

C’est l’un des deux accords phares des maisons de disques, mais depuis le développement de l’auto-production, il en devient le principal. Le contrat de licence est passé entre un producteur (l’artiste ou un proche de l’artiste) et un label/une maison de disque. Ce dernier offre sa compétence et met à disposition ses services. Ils conviennent d’une somme dites “avance” qui permet à l’artiste de réaliser son projet et ses clips, mais c’est à lui de gérer cet argent pour réaliser son projet et non à son label.

Le contrat d’artiste

Exemple : Gambi chez REC118

C’est l’autre « grand » contrat des maisons de disque. Il se fait cependant de moins en moins car les artistes se structurent et s’entourent de plus en plus. Cet accord est idéal pour les nouveaux artistes débutant dans le milieu, qui n’ont pas forcément les structures nécessaires pour supporter les dépenses, et globalement la gestion de son projet. C’est donc les artistes en début de développement qui bénéficient de ce type d’accord (ex : Gambi chez REC118, Damso à son arrivé dans le 92i), car c’est une mise à disposition de tous les outils de la part du label pour aider au developpement. Dans ce cas-là, la majorité du pourcentage des royalties ira à la maison de disque, même si les redevances varient selon les artistes.

Quels sont les avantages pour l’artiste ? Fondamentalement, celui qui signera ce genre de contrat le fera pour diffuser le plus possible ses interprétations, pour générer un maximum de revenus. Le risque pour un artiste en début de développement est simple : ne jamais toucher un euro sur sa musique. Dans la mesure où la majorité du pourcentage sera reversé à la maison de disque, il faut en effet générer beaucoup d’argent pour en toucher une somme conséquente. Les collaborations se font donc sur le long terme, où les deux parties travaillent pour une vraie “construction de carrière.”

L’édition

Exemple : Rilès chez Sony ATV

Un éditeur est, grossièrement, celui qui protège la musique. Le contrat d’édition est donc porté sur les droits de propriété et les droits relatifs à l’administration des droits d’auteur. Un éditeur n’est pas un label, mais une maison d’édition. Cependant, les maisons de disques possèdent leurs propres structures d’éditeur (Sony ATV, Universal Music Publishing Group etc.) Son rôle est clair : il doit trouver des utilisateurs pour une œuvre, rédiger et délivrer les contrats pour son utilisation ainsi que de gérer les revenus générés par cette dernière. Il existe trois types de redevances pour ce cas là : le contrat d’édition full (à hauteur de 100%), la co-édition (50%-50%), et le contrat de gestion (pourcentage établi en échange de la gestion des éditions, des dépôts etc.)

Typiquement, un contrat d’édition démontre comment l’auteur-compositeur est rémunéré après que les redevances aient été perçues. Il est donc important pour l’artiste, et pour la défense de son intégrité artistique, d’être édité et de bien connaître les termes de son contrat.

Les avances

C’est un grand fantasme dans le rap, car nombreux en parlent et s’en vantent, sans que le public, ni même certains jeunes artistes, ne connaissent vraiment son fonctionnement. Dans chacun des contrats énoncés précédemment, un système d’avance financière peut être instauré entre la maison de disque et son artiste, pour permettre à ce dernier de préparer confortablement son album.

Cette avance dépendra de plusieurs critères, notamment la notoriété de l’artiste en question. Elle peut se distribuer de plusieurs façons (d’un seul coup, chaque mois à l’image d’un salaire, selon d’autres critères comme par exemple : la deuxième partie de l’avance sera touchée lorsque 50% de la première partie sera recoupée). Il y a là un point important qu’il faut bien comprendre : une avance, par définition, se doit d’être remboursée. Cependant, un artiste ne devra en aucun cas le faire avec son argent, l’avance se rembourse automatiquement avec l’argent générée par sa musique. Prenons un exemple : si une nouvelle signature écope d’une avance de 50 000 euros, et que ça musique génère uniquement 30 000 euros, les 20 000 restant sont à la charge de la maison de disque et non de l’artiste. Une avance n’est donc pas une prime à la signature, comme on peut le voir dans le football par exemple.

Globalement, il existe beaucoup de contrats et de termes à connaître pour un artiste en quête de professionnalisation. Les pièges sont récurrents et un accord rapidement rédigé/signé peut vite représenter un frein dans les intérêts de chacun. C’est d’ailleurs la première chose dont se méfie l’entourage d’un artiste après ses premières sollicitations, et chaque année des scandales explosent entre les artistes et leurs producteurs, venant confirmer les inquiétudes.

On a ainsi tenté de vous expliquer au mieux les différences entre chacun d’entre eux, pour essayer d’y voir plus clair dans un milieu opaque et souvent bien difficile à comprendre.