Notre classement des 20 meilleurs films disponibles sur Netflix

Des chefs-d'œuvre du 7ème art à (re)voir pendant le confinement.

meilleurs films netflix

En cette triste période de confinement, tous les divertissements sont les bienvenus, d’autant plus quand ils sont accessibles sur la plus grosses plateforme de streaming vidéo. C’est ainsi que l’on vous propose notre classement des 20 meilleurs films que vous pouvez (re)découvrir dès maintenant sur Netflix. De quoi voir et revoir des chefs-d’œuvre du 7ème art.

Mentions honorables : Dernier train pour Busan, The Lost City of Z,  The Lobster, Kill Bill 1 & 2, Manchester by the Sea, Snatch, Super Bad, Marriage Story, Mon Voisin Totoro, American Psycho, Princesse Mononoké, The Revenant, Moneyball, Million Dollar Baby, Le Voyage de Chihiro, Django Unchained, Whiplash, Nocturnal Animals, Roma

20. Uncut Gems (2019, Joshua et Ben Safdie)

Thriller new-yorkais moderne, Uncut Gems est un film qui s’apparente à un shot d’adrénaline pour le spectateur. Le film est marqué par un rythme d’une rare intensité, mais aussi par un casting surprenant et très efficace (Adam Sandler, Kevin Garnett, Julia Fox…), ainsi que par une ambiance crispante. On suit la trajectoire chaotique et fascinante d’un bijoutier charismatique mais complètement barré, qui est interprété par le très sous-estimé Adam Sandler. Grâce au talent énorme des frères Safdie, que l’on avait déjà vu à l’oeuvre sur Good Time, Netflix s’offre avec Uncut Gems l’un des plus grands films de 2019.

19. There Will Be Blood (2007, Paul Thomas Anderson)

Oeuvre dense et parfois contemplative de son cadre superbe, There Will Be Blood est un monstre de réalisation, d’acting et de photographie. On y retrouve un Daniel Day-Lewis dans le plus grand rôle de sa carrière qui interprète le pétrolier Daniel Plainview, prêt à tout pour conquérir l’or noir. Ce film de près de 3 heures de Paul Thomas Anderson montre avec froideur la capacité d’un homme à dépasser toutes les limites et se corrompre pour atteindre la grandeur de ses ambitions. There Will Be Blood est une épopée aussi grandiose que glaçante, indispensable pour n’importe quel cinéphile.

18. Le Tombeau des lucioles (1988, Isao Takahata)

Logiquement considéré comme l’un des plus grands chefs-d’oeuvre du cinéma animé, Le Tombeau des Lucioles est peut-être le film le plus bouleversant du catalogue Netflix. Ce drame historique, centré sur la vie d’un frère et d’une soeur pendant la seconde guerre mondiale, continue d’émouvoir des millions de spectateurs depuis sa sortie en 1988. Production la plus sombre et dramatique des studios Ghibli, Le Tombeau des Lucioles n’en demeure pas moins une oeuvre intemporelle, imprégnée d’une poésie et d’une tendresse sans pareille.

17. The Big Short (2015, Adam McKay)

Faire comprendre les ressorts du krach boursier de 2008 est une chose. Les rendre fascinants pour le grand public en est une autre. C’est pourtant l’exploit qu’a réussi The Big Short, le film d’Adam McKay cochant ces deux cases. Le quatuor Brad Pitt-Ryan Gosling-Christian Bale-Steve Carrell interprète ici les analystes financiers qui avaient prédit la crise des subprimes, sans jamais être pris au sérieux. Si il est parfois difficile à suivre pour les néophytes de la finance, The Big Short vulgarise brillamment de nombreux concepts et offre une immersion réaliste au coeur d’un Wall Street complètement déconnecté de la réalité.

16. Shutter Island (2010, Martin Scorsese)

Anxiogène, hallucinatoire et profondément malsaine, l’ambiance de Shutter Island colle indéniablement à la peau. Le tandem Scorsese-Di Caprio fait une nouvelle fois des merveilles dans ce thriller poisseux et angoissant. Conçu comme un huit-clos oppressant au sein d’un asile psychiatrique, ce film noir permet à Leonardo Di Caprio de faire tout l’étalage de son talent, en compagnie de seconds rôles brillants assurés par Mark Ruffalo, Michelle Williams et Ben Kingsley. Une plongée vertigineuse dans la folie de l’esprit humain qui ne laissera personne indemne.

15. Birdman (2015, Alejandro González Iñárritu)

Lauréat de quatre Oscars en 2015, Birdman est une véritable démonstration de force de la part d’Alejandro González Iñárritu. Tourné intégralement en plan-séquence, ce long-métrage onirique brouille en permanence la frontière entre le réel et le fantastique. En offrant à Michael Keaton le rôle quasi-autobiographie d’un acteur vieillissant en recherche d’une gloire passée, Birdman vise en plein dans le mille. Le film ne serait toutefois pas ce qu’il est sans la performance phénoménale de ses nombreux seconds rôles, attribués à Edward Norton, Emma Stone ou encore Naomi Watts. Birdman est une oeuvre majestueuse qui mérite de s’y attarder.

14. Casino (1995, Martin Scorsese)

En immersion dans le monde frauduleux et mafieux des casinos de Las Vegas dans les années 1970, ce film qui réunit à nouveau le trio Scorsese/De Niro/Pesci est un monument du cinéma des nineties. Si Casino ne brille pas par un rythme effréné, il a le mérite de raconter son histoire avec une minutie et un sens du détail impressionnant. Marqué par une immense Sharon Stone, un cadre fascinant et une ambiance nostalgique mais brutale, Casino est un film qui est totalement à l’image des caractéristiques du cinema de Scorsese. Avec ses quelques défauts et surtout ses énormes qualités.

13. Reservoir Dogs (1992, Quentin Tarantino)

Démarrer une carrière de réalisateur avec un chef-d’oeuvre de la trempe de Reservoir Dogs en dit long sur le génie qu’est Quentin Tarantino. En un peu plus d’une heure trente, ce thriller en huit-clos se joue merveilleusement bien de l’angoisse palpable et crée un suspens oppressant. Sombre et violent, ce premier tour de force de Tarantino montre déjà la richesse de ses références, ses dialogues, sa mise en scène et surtout sa capacité à faire des grands films, même avec un petit budget ($1,5M) comme ici avec Reservoir Dogs.

12. Inception (2010, Christopher Nolan)

Deux ans après avoir révolutionné le genre du film de super-héros avec The Dark Knight (2008), Christopher Nolan a de nouveau conquis la critique et le public avec Inception. Et dix ans après sa sortie, certains continuent de s’écharper sur les différentes interprétations possibles de la conclusion de ce thriller fantastique. Bien aidé par un casting de très haute volée (Leonardo DiCaprio, Marion Cotillard, Tom Hardy, Ellen Page, Michael Cane), Inception est un divertissement aussi dense que profond. En multipliant les scènes d’anthologie et en invitant ses spectateurs à pousser leur propre réflexion, Christopher Nolan confirme ici tout son talent.

11. The Irishman (2019, Martin Scorsese)

Pour ses premiers pas sur Netflix, Martin Scorsese a tout simplement livré l’un des meilleurs films de sa (très) riche filmographie. Véritable chant du cygne du cinéma mafieux du siècle dernier, The Irishman est une réflexion passionnante sur la vieillesse et l’inexorable fuite du temps, doublée d’une fresque historique violente et extrêmement ambitieuse, son intrigue s’étalant sur un demi-siècle. Surtout, ce film réunit les trois monstres sacrés du septième art que sont Robert De Niro, Al Pacino et Joe Pesci. Après vingt ans d’absence, le dernier cité s’offre ici le plus grand rôle de sa carrière.

10. Matrix (1999, Lana Wachowski & Lilly Wachowski)

Vingt-et-un ans après sa sortie, le premier volet de la trilogie Matrix n’a rien perdu de son aura. Le long-métrage des Wachowski est toujours considéré comme une oeuvre majeure du genre de la science-fiction, ainsi qu’un véritable manifeste de l’esthétique cyberpunk. Mêlant réflexions philosophiques et grand spectacle hollywoodien, Matrix continue d’interroger des générations entières de spectateurs, à jamais divisées sur une question fondamentale : pilule rouge ou pilule bleue ?

9. Mad Max: Fury Road (2015, George Miller)

Avec Mad Max: Fury Road, George Miller ne s’est pas contenté d’un simple reboot de la saga culte des années 80. Il a tout simplement signé l’un des films majeurs de la dernière décennie. Phénoménal sur les plans techniques et visuels, le film porté par le duo Tom Hardy/Charlize Theron est une course-poursuite infernale et enivrante, qui transporte le spectateur dans un univers post-apocalyptique plus vrai que nature. Tourné quasiment sans utiliser d’effets spéciaux, le long-métrage de George Miller est une véritable claque sensorielle, à (re)découvrir de toute urgence. Une suite serait par ailleurs en préparation.

8. Moonlight (2016, Barry Jenkins)

Récompensé de l’Oscar du meilleur film en 2016, Moonlight est une oeuvre profondément humaine et touchante sur la quête d’identité et l’acceptation de soi. On suit ici Chiron, un afro-américain vivant dans une banlieue de Miami, que l’on découvre enfant au début du film, puis adolescent et enfin adulte. Quinze ans de vie en trois actes qui nous plongent dans l’émotion brute d’un film qui réussit à dire beaucoup de choses en parfois très peu de mots. Moonlight brille de par une photographie somptueuse et une ambiance douce-amère, à l’image des hauts et des bas de la vie du protagoniste.

7. Gone Girl (2014, David Fincher)

Thriller haletant porté par la maestria de David Fincher et par une Rosamund Pike glaçante, qui signe pour l’occasion la plus grande performance de sa carrière, Gone Girl marque au fer rouge par sa tension permanente et son nihilisme brutal. Grâce à son scénario complexe mais efficace, Gone Girl se joue du spectateur et le garde scotché à son siège du début à la fin. Si l’on rentre dans ce film en imaginant avoir à faire à une enquête assez classique qui traite d’un enlèvement, on n’est alors pas au bout de nos surprises. La définition d’une claque.

6. Forrest Gump (1994, Robert Zemeckis)

Récompensé par six Oscars (dont Meilleur Film, Meilleur Acteur et Meilleur Réalisateur), Forrest Gump est assurément l’un des films les plus cultes du cinéma américain. Pensé comme le récit du destin hors-norme d’un jeune homme un peu simple et terriblement attachant, brillamment interprété par Tom Hanks, le film de Robert Zemeckis se présente également comme une grande fresque sur l’histoire américaine de la deuxième moitié du XXème siècle. Drôle, bouleversant et profondément humain, Forrest Gump ne pourra laisser personne de marbre.

5. Pulp Fiction (1994, Quentin Tarantino)

Si le débat fait rage pour savoir quel est le meilleur film de la filmographie de Quentin Tarantino, Pulp Fiction fait office de grand favori. Avec son casting cinq étoiles (John Travolta, Samuel L. Jackson, Uma Thurman, Bruce Willis), son scénario à l’allure déstructurée et ses dialogues légendaires, ce chef d’oeuvre du cinéma postmoderne occupe une place de choix dans le coeur de millions de cinéphiles. Plus qu’un simple objet cinématographique, Pulp Fiction est un véritable monument de la pop culture moderne, le lauréat de la Palme d’Or en 1994 continuant de fasciner et d’inspirer une infinité de cinéastes.

4. Interstellar (2014, Christopher Nolan)

Voir Interstellar au cinéma est probablement l’une des plus grandes expériences cinématographiques de la dernière décennie. Beau, puissant, touchant et grandiose, ce film de Christopher Nolan est une immense expérience humaine ainsi qu’une prouesse visuelle et technique de premier ordre. Dans sa longue et irrémédiable montée en puissance, Interstellar nous embarque dans une aventure fascinante qui se joue de l’espace/temps et réinvente ce qu’est la science-fiction moderne, tout l’ouvrant à un nouveau public. Si le film est évidemment inspiré du classique 2001, l’Odyssée de l’espace, il en est ce qui se rapproche le plus en terme de bijou du cinéma traitant de la conquête spatiale.

3. The Social Network (2010, David Fincher)

Automne 2003 sur le campus d’Harvard. Une rupture amoureuse aux apparences anecdotiques sera l’étincelle qui va amener le jeune Mark Zuckenberg (Jesse Einsenberg) à bâtir un projet qui ne va pas seulement bouleverser sa vie mais aussi et surtout changer le monde. Véritable référence dans le domaine du biopic moderne, The Social Network est une oeuvre fascinante, malgré un sujet qui pouvait laisser penser le contraire. Mais grâce à un scénario parfaitement ficelé, des acteurs au sommet de leur art et une réalisation techniquement bluffante, ce film tient haleine de bout en bout. Malgré les apparences, The Social Network en dit largement d’avantage sur la complexité des rapports humains et leur fragilité qu’il n’en dit sur ce qu’est Facebook en tant qu’entreprise. Et c’est en ça qu’il est brillant.

2. Les Affranchis (1990, Martin Scorsese)

As far back as I can remember, I always wanted to be a gangster” Dès la première phrase du film, le ton est donné à merveille et on se retrouve plongé dans une fresque de 30 années dépeignant la vie d’Henry Hill, interprété brillamment par Ray Liotta. Basé sur le livre Wiseguy de Nicholas Pileggi, Les Affranchis est une oeuvre ultra réaliste qui ne s’embarrasse pas de romancer la mafia. De son luxe opulent à ses actes particulièrement violents, le crime organisé n’a rarement semblé aussi captivant que lorsqu’il est imagé par le trio Liotta/De Niro/Pesci, dans ce qui est sans possiblement le plus grand film de la carrière de Martin Scorsese. Les Affranchis possède de sérieux arguments pour être considéré comme le plus grand film de mafieux de l’histoire. Cette phrase à elle seule résume à quel point il est un classique du cinéma.

1. The Dark Knight (2008, Christopher Nolan)

En réalisant sa trilogie des Batman entre 2005 et 2012, Christopher Nolan ne s’est pas contenté de dépoussiérer la franchise, il a aussi créé le nouveau standard d’excellence du blockbuster moderne. Si Begins est une excellente origin story et The Dark Knight Rises une conclusion quelque peu décevante, bien que tout de même solide au vu des circonstances (la mort d’Heath Ledger a forcé la réécriture complète du film), le chef-d’œuvre de la trilogie est bien évidemment The Dark Knight. Porté par l’un des méchants les plus charismatiques de l’histoire du cinéma et par un héros terriblement badass, ce film d’action noir et captivant de Christopher Nolan réussit par ses enjeux, sa réalisation, son ambiance et ses personnages à devenir une référence absolue. Combien de films dans l’histoire du cinéma réussissent à être à la fois aussi profonds, puissants et divertissants que The Dark Knight ? Une poignée, faisant partie de l’élite absolue.

À lire aussi : Comment Disney+ espère concurrencer Netflix.