L’histoire derrière le meme des porteurs de cercueil

"Stay at home or dance with them"

Ils sont devenus inévitables. Quelques crolls sur son feed Twitter ou Instagram et les revoilà. Ils dansent en portant un cercueil sur un fond techno, dans la foulée d’un fail mémorable. Ce sont les “Dancing Pallbearers”, les porteurs de cercueil dansants, en français dans le texte. Un compte Twitter à plus de 467 000 followers répertorie même les meilleurs apparitions de ces nouvelles stars d’internet, qui sont également devenus un symbole du confinement avec le slogan viral “Stay at home or dance with us.”

Complètement improbables à première vue, ces images d’enterrement sont pourtant bel et bien réelles. Les Dancing Pallbearers sont en effet très connus au Ghana, où leurs services s’arrachent à prix d’or. C’est dans ce pays situé à l’Ouest de l’Afrique que ces performeurs proposent aux familles endeuillés d’organiser des enterrements placés sous le signe de la joie et de la positivité. Un choix autrefois inhabituel, qui s’est ensuite transformé en véritable phénomène culturel dans le pays, avant d’exploser aux yeux du monde grâce à la force d’internet. En 2017, le gérant des Dancing Pallbearers révélait à BBC Africa qu’il employait pas moins de 100 personnes à travers le Ghana. Un projet qui a par ailleurs une vraie visée sociale, Benjamin Aidoo expliquant que la majorité de ses porteurs de cercueil étaient depuis longtemps à la recherche d’un emploi.

En mars 2020, ses chorégraphies funéraires accèdent à la renommée internationale. Associées au morceau d’EDM “Astronomia” du DJ Tony Igy, les Dancing Pallbearers ont d’abord envahi TikTok, avant de se retrouver rapidement sur les autres grands réseaux sociaux. L’anachronisme de la scène, couplée à une musique techno atroce et des fails géniaux en préambule, ont contribué à faire de ces porteurs de cercueil le meme majeur de la première moitié de 2020. En voici un petit florilège.

À lire aussi : Notre sélection des 20 meilleurs documentaires disponibles sur Netflix.