L’INA met en ligne des cours gratuits de photographie, de journalisme et de vidéo

Des formations disponibles jusqu'à la fin du confinement.

Jamel Shabazz_Rush Hour, NYC 1988

Si la fin du confinement se rapproche jour après jour, le 11 mai paraît encore (très) loin. Afin d’utiliser au mieux le temps passé chez soi, l’INA a récemment mis en ligne une série de formations gratuites à suivre jusqu’à la fin des restrictions de sorties. À l’instar du MoMA et de nombreuses autres poids lourds du secteur culturel, l’Institut National des Archives invite les populations confinées à développer un nouvel éventail de compétences durant cette période particulière. La plateforme INA Expert propose ainsi de suivre des formations en photographie, en journalisme, en technique vidéo ou encore en son, avec de nouveaux cours proposés chaque semaine.

Ouverts à tous, ces différents programmes brillent de par leur variété. Les lundis sont par exemple réservés à une formation en journalisme mobile, aussi connu sous le nom de MOJO. Chaque mercredi, l’INA propose ensuite la série de cours Newsroom, qui revient sur les 10 notions fondamentales du journalisme. Au programme cette semaine : les techniques clés pour réussir une interview vidéo. Enfin, tous les jeudis sont consacrés à une série de webinaires permettant de comprendre les caractéristiques techniques d’une vidéo, comme la couleur, le débit ou encore la définition d’une image.

Outre ces formations hebdomadaires, la plateforme INA Expert offre également plusieurs cours en accès permanent, comme un atelier de montage audio et 60 leçons de photographies au smartphone. Ces dernières s’accompagnent par ailleurs d’exercices à réaliser chez soi, afin de mesurer ses progrès régulièrement. L’intégralité de ces formations gratuites est à retrouver sur le site de l’INA, sur lequel est également expliqué la marche à suivre pour s’y inscrire. L’industrie culturelle ne baisse décidément pas les bras en ces temps de pandémie.

À lire aussi : Le Centre Pompidou dévoile un jeu vidéo gratuit inspiré par l’art contemporain.