XXXTENTACION : deux ans après, un héritage musical entaché par les sorties posthumes ?

Une triste question qui mérite d'être posée.

xxxtentacion album posthume héritage musical

Le lundi 18 juin 2018, soit il y a exactement deux ans aujourd’hui, XXXTENTACION était assassiné par balles à Miami. Un décès tragique, qui a fait l’effet d’une bombe dans le monde de la musique et que beaucoup de fans pleurent encore aujourd’hui. Et pour cause, malgré une carrière éphémère, la musique de Jahseh Onfroy, de son vrai nom, a eu un impact retentissant. Entre une fan-base toujours dévouée à sa cause deux ans après son décès et une influence déjà palpable sur le rap moderne, XXXTENTACION semble parti pour consolider avec le temps un statut de jeune légende. Malheureusement, une partie de son héritage musical pose aujourd’hui question, et ce depuis quelques temps maintenant. Une question d’autant plus présente avec le recul, la faute à un entourage et à son label Caroline, branche de Capitol, qui n’ont pas hésité à sortir des projets indignes du talent du rappeur, qu’il n’aurait probablement jamais dévoilé de son vivant.

Cette rengaine semble désormais inévitable lorsqu’un jeune rappeur américain perd la vie ces dernières années : qu’en sera-t-il de ses sorties musicales posthumes ? Vont-elles venir irrémédiablement ternir sa discographie ? À ce triste jeu, il y a les très bons élèves : la famille de Mac Miller notamment, qui a su faire attention à préserver la mémoire de l’artiste et de l’homme derrière elle. Dans une degré un peu moindre, la gestion du patrimoine musical de Lil Peep a été très correcte, bien que certains morceaux posthumes étaient largement dispensables. Et enfin, le pire a sans doute été atteint avec le cas XXXTENTACION. Deux albums posthumes Skins et Bad Vibes Forever, une réédition de ? qui n’a pratiquement rien apporté au projet et de nombreuses collaborations qui n’étaient pas nécessaires. Le tout en 2 ans seulement. Plus grave encore, un musée à l’honneur de l’artiste a été construit et où l’on peut observer la BMW dans laquelle il a été abattu. Même si cela dépasse le cadre de la musique, cette initiative en dit forcément long sur les méthodes malsaines employées pour générer de l’argent sur le dos d’un gamin assassiné.

D’un point de vue musical, le plus criticable a sans doute été atteint avec Bad Vibes Forever, un album de 25 titres remplis d’interludes, de notes vocales et de morceaux aux airs de brouillons pas terminés. Et comme si cela ne suffisait pas, on y retrouve des collaborations avec des artistes que le rappeur de Miami n’a jamais côtoyé de son vivant, comme Tory Lanez ou Joyner Lucas. Pire encore, avec un artiste qui ne le connaissait même pas avant sa mort, en la personne de Lil Wayne. Il faut dire que ce dernier ne se cache plus de ne pas suivre ce qui se fait dans le rap américain ces dernières années. Et c’est son droit. Mais que fait-il sur cet album posthume, si ce n’est pour une affaire de streams et d’opportunités de labels ? Tout cela accouche d’un album mauvais et surtout qui ne respecte pas assez l’exigence que XXXTENTACION avait vis à vis de sa musique. Et à ce petit jeu, si quelqu’un n’y gagne rien ou presque c’est bien le public.

Des sorties d’autant plus regrettables que ce sont les souvenirs les plus récents que les fans se créeront avec la musique de Jahseh Onfroy, tandis que certains retardataires le découvriront même avec ces disques boiteux. Tout cela évidemment pour engranger un maximum d’argent dans un laps de temps le plus court possible, par peur sans doute que l’artiste n’intéresse plus le public dans quelques années. Ce qui ne sera évidemment pas le cas. Et même si les fans s’efforceront de faire comme si ces albums n’existent pas, ils resteront le symbole de l’exploitation posthume plus que douteuse d’un artiste. Il est assez difficile d’estimer concrètement dans quelle mesure ces deux albums, cette réédition et ces collaborations ont écorché l’image que l’on se faisait de la musique de XXXTENTACION. Ce qui est sûr, c’est que cela n’a pas été bénéfique aux bonnes personnes. Et aussi que le débat sur la nécessité de protéger l’héritage artistique de quelqu’un après sa mort mérite d’avoir lieu. Un débat dans lequel le cas effarant de X pourrait bien servir d’exemple concret de tout ce qu’il ne faut pas faire.

Heureusement, il y a de quoi se rassurer en se rappelant d’une vérité immuable dans la musique : à la fin, c’est le public qui décide. Et donc, que ce dernier retiendra ce qui a le mérite de l’être de XXXTENTACION. C’est à dire en priorité les solides 17 et ?, ainsi que quelques pépites sur son compte SoundCloud, tandis que le reste ne sera qu’un astérisque de sa carrière.

En s’émancipant de nombreux codes du rap pour affirmer sa différence, en ayant su parler à une génération si compliquée à cerner, en ayant su évoquer des thèmes très sensibles dans le rap, XXXTENTACION a touché au sens fort du terme son public, lui donnant le sentiment d’être compris et entendu. Si X a toujours voulu être une rockstar, bien aidé par sa personnalité sulfureuse et son charisme imposant, il est finalement parti comme bon nombre de ses glorieux ainés, trop tôt. Nul ne sait jusqu’où le phénomène XXXTENTACION aurait perduré de son vivant, mais son décès le place maintenant au panthéon des artistes fauchés par la mort à leur sommet. Et qu’importe le niveau de cupidité de celles et ceux qui monétisent sa musique depuis son décès tragique, cela ne changera sans doute pas aux yeux de ses fans. Fort heureusement, à la fin, c’est bien souvent l’authenticité de la musique qui l’emporte.

À lire aussi : J. Cole se retrouve sous le feu des critiques pour son nouveau morceau “Snow on tha Bluff”