Comment Wethenew est devenu la référence française de l’achat de sneakers rares

Une société qui connaît une croissance de 200% ces derniers mois.

wethenew sneakers rares achat resell

Une véritable ruée vers l’or. Depuis de nombreuses années, le secteur de l’achat/vente de sneakers draine plusieurs millions d’euros, qui s’échangent à vitesse grand V entre resellers, retailers et collectionneurs. Souvent opaque, cet univers ne brille assurément pas de par son accessibilité. Pire, il peut même faire peur, tant les arnaques et les contrefaçons de paires sont monnaie courante. Heureusement, plusieurs plateformes proposent des legit check et de véritables suivis tout au long du processus d’achat, imposant un cadre plus structuré à ce far west digital. C’est le cas de Wethenew, un site français permettant de shopper des sneakers rares et des modèles limités, en toute sécurité et de façon intuitive. Et si les sorties d’envergure s’enchaînent, le co-fondateur de Wethenew a tout de même pris le temps de nous raconter la success-story de son entreprise, qui fêtera ses trois ans d’existence en fin d’année.

Joint par Zoom, David Benhaim est un homme occupé. Rien d’anormal lorsque l’on dirige une société qui emploie désormais 30 personnes et qui a enregistré une croissance de 200% au cours des derniers mois. Des chiffres qui impressionnent, dans une ère où la morosité économique prédomine. Selon David, les fondations de ce succès ne datent toutefois pas d’hier. C’est en effet en 2011 qu’il rencontre Michael, l’autre fondateur de Wethenew. Passionnés par le basket, le rap et les sneakers, ils se lient rapidement d’amitié. Ensembles, ils s’initient à l’univers du resell. “J’ai commencé à acheter et revendre des paires rares comme tout le monde” confie David. “Tu veux une paire qui coûte un peu chère, donc pour te l’acheter tu essaies d’en choper 2 autres à un drop et tu les revends, puis ainsi de suite.”

Photo : Nawel Odin pour Wethenew

Parallèlement à leurs études en école de commerce, David et Michael financent leur passion pour les sneakers via de l’achat/revente. Pleinement immergés dans ce milieu, le duo d’étudiants se rend compte que quelque chose cloche : “Quand on cherchait à acheter une paire rare en France, il n’y avait pas vraiment d’autres options que Le Bon Coin ou les groupes Facebook. Il n’y avait aucune expérience de qualité pour acheter des paires neuves et authentiques.” David poursuit ses explications : “On était pas satisfait de l’expérience qu’on offrait nous-même, quand on vendait nos paires de manière ‘semi-professionnelle.’ Il fallait donner au public l’opportunité d’acquérir une paire en quelques clics et de façon sécurisée.” Une idée va alors germer dans l’esprit des deux amis.

Pour faire face cette “somme d’expériences inconfortables”, David et Michael se mettent en tête de créer une porte d’entrée pour les néophytes. En clair, les deux hommes souhaitent démocratiser l’achat de sneakers en édition limitée. “C’est anodin pour personne de dépenser 500€ ou plus dans une paire de chaussures. Ce prix doit venir avec une expérience, un service de qualité” affirme David. En septembre 2017, les deux entrepreneurs commencent à définir les grandes lignes de Wethenew. Dans le même temps, ils voient les prix du marché du resell s’envoler et atteindre des sommets historiques, causés par le carton de la collection The Ten entre Nike et Virgil Abloh. Le doute n’est plus permis, il est temps de se lancer.

Photo : Nawel Odin pour Wethenew

Le site de Wethenew voit le jour le 11 décembre 2017, avec une toute première vente en ligne dans les jours qui suivent. Dès le début, l’ADN de l’entreprise est clairement identifiée : il n’y aura jamais de questions bêtes sur Wethenew. David explique que la construction d’une communauté a été une priorité absolue, grâce à une bienveillance sincère et à une bonne dose d’humanité. Pour chaque question posée à propos d’une paire, une réponse doit être apportée. Trois ans après sa création, cette relation client privilégiée régit encore les échanges de Wethenew avec son public, que ce soit sur le site ou sur le compte Instagram de l’entreprise, qui compte plus de 300 000 abonnés. “Quand tu rentres dans un shop de resell à Paris, il y a des fois où tu ne peux même pas poser de questions parce qu’on va te prendre de haut. C’est un univers qui est parfois un peu brut de décoffrage” regrette David.

Soucieux de continuer à dialoguer avec le public, le co-fondateur Wethenew révèle que le second pilier de sa plateforme n’est autre que l’authenticité. De la boîte aux coutures, en passant par les étiquettes, chaque produit vendu sur le site est soigneusement ausculté et vérifié. Il n’est pas question de laisser passer ne serait-ce qu’un seul fake, comme c’est parfois le cas sur StockX ou d’autres plateformes. Près de trois ans après sa création, Wethenew a su fédérer une communauté fidèle et engagée, qui n’hésite pas à dépenser plusieurs centaines d’euros pour obtenir des paires convoitées. Cet engagement a séduit des investisseurs en octobre 2019, qui ont aidé à pérenniser et développer le projet Wethenew via une importante levée de fonds.

Photo : Nawel Odin pour Wethenew

Lorsqu’on l’interroge sur le chemin parcouru depuis la création du projet, c’est avant tout l’aventure humaine que David évoque : “Le but a toujours été de fonder une équipe de passionnés, mais aussi des gens avec qui on partage les mêmes valeurs et qui voulaient grandir avec nous.” Mais plus que le passé, c’est l’avenir qui occupe l’esprit de l’entrepreneur : “On veut continuer de grandir, systématiser l’achat et la vente de sneakers. Notre site est encore assez rudimentaire, on veut l’automatiser davantage et offrir encore plus de transparence à notre communauté. Il faut donner la possibilité à tout le monde de vendre ou d’acheter les produits du site encore plus rapidement et facilement.” David glisse également qu’il espère élargir la gamme streetwear de Wethenew, afin de parvenir à un équilibre entre pièces textile et footwear.

Enfin, Wethenew souhaite continuer de développer sa communauté, en proposant plus de contenus originaux, notamment sur Instagram. “Affirmer notre voix, notre image et notre identité” résume David. Le co-fondateur de la plateforme ne craint en tout cas pas un essoufflement de la hype des sneakers. “Les gens considèrent ça comme un vrai accessoire de mode” confie-t-il, avant de développer sa pensée : “Les sneakers sont devenues une pièce comme les autres, un moyen de se démarquer et de se faire plaisir. La vraie question est de savoir si cette culture va prendre encore plus de place dans les années à venir.” Des années qui devraient voir apparaître de nouveaux entrepreneurs, désireux de se lancer dans ce secteur lucratif.

“Les débuts sont parfois poussifs, il ne faut rien lâcher” se remémore le co-fondateur de Wethenew. “D’autant plus quand on se lance en étant jeune, il faut comprendre qu’on aura pas toutes les clés en main pour cartonner directement. On a connu des jours à 2 ou 3 ventes max. Mais je conseillerai de se lancer dès que possible, pour acquérir de la maturité à vitesse grand V.” Désormais solidement installé dans la galaxie française de la sneakers, Wethenew aura parfaitement tiré profit de cette ruée vers l’or. Une réussite qui prouve que le public est plus que jamais en quête de transparence et de dialogue. L’aventure ne fait peut-être que commencer.

Pour découvrir le catalogue de sneakers rares disponible sur Wethenew, rendez-vous sur leur site web et sur leur compte Instagram.

À lire aussi : Comment la New Balance 990 est devenue une sneaker mythique.