L’association Yakar distribue 500 maillots pour un projet humanitaire au Sénégal

Un maillot disponible à l'achat en petite quantité.

yakar nike association sénégal

Lorsqu’en 2015, Jonathan Szwarc entreprend une mission humanitaire, il choisit le Sénégal, et plus précisément la commune de Thiaroye près de Dakar. Au sein de l’école Avenir et Développement de l’Enfant (ADE) de Thiaroye, située dans la périphérie de Dakar, il y rencontre 500 enfants tous animés par une passion commune pour le football. Au-delà de l’aspect purement sportif, le ballon rond a depuis son origine été un vecteur de lien social. Inscrit dans le culture sénégalaise, il représente également un moyen d’émancipation pour les jeunes.

Pour les enfants de l’ADE, le football est avant tout un exutoire, une façon de s’extirper de leur quotidien, un moment de joie et d’amitié partagés. « J’ai pu constater l’impact du foot sur les enfants à court terme. Quand ils jouent, ils oublient leurs difficultés du quotidien. Ça a également un impact vis-à-vis de leurs parents, car quand leurs enfants jouent, ils savent qu’ils ne font pas n’importe quoi », explique Jonathan Szwarc, le fondateur du projet Yakar. Une facette du sport qui a su conquérir le cœur du jeune homme. Et c’est à partir de ce constat qu’ont commencé à germer en lui les prémices d’une idée nouvelle, avec le promesse d’un retour sur cette terre à laquelle il est désormais lié.

Un projet humanitaire et culturel qui relie Dakar à la mode parisienne

Cinq ans plus tard, le projet Yakar prend finalement forme. « Il y a 18 mois, je me suis rendu chez Nike, je leur ai dit que je voulais faire un maillot spécialement destiné aux 500 enfants de cette école », raconte Jonathan. Un an et demi aura ainsi été nécessaire pour construire Yakar, qui est le produit d’un travail collectif avant tout. Le fondateur a su s’entourer de nombreux créatifs issus de différents secteurs, qui ont rassemblé leur savoir-faire pour donner naissance au projet depuis Paris. En novembre 2020, quelques jours après la rentrée scolaire des enfants privés d’école depuis huit mois pour cause de pandémie, Jonathan, accompagné de Tom Weber et Nelson Coulhon (à la photo et la vidéo), a pu se rendre au Sénégal pour distribuer les maillots et documenter le projet.

C’est notamment grâce à l’aide de l’agence de design graphique Midi:Quinze que le maillot de foot a été conçu. Cette pièce iconique de la culture populaire a été revisitée avec l’incorporation de messages cachés, que les enfants pourront découvrir en grandissant. Un détail subtilement dissimulé et qui symbolise le lien qui unit les élèves entre eux. « Il y avait pour nous un double challenge: faire un maillot pour les enfants, qui a du sens, mais également un maillot lifestyle, une pièce de mode pouvant être portée dans la ville ». Possédant une base blanche, le maillot de Yakar Project x Nike est orné de quelques éléments aux couleurs des « Lions de la Teranga ». Les touches de vert présentes sur le swoosh en forme de flamme ainsi que sur logo de l’école sont un clin d’œil au maillot de l’équipe nationale. Le drapeau du Sénégal finement brodé occupe une place de choix sur la manche droite. En guise de finitions, le mantra “Tout est possible” inscrit au verso du t-shirt sonne comme un message de motivation et d’espoir destiné à tous ceux qui le portent. En plus des 500 maillots distribués aux enfants d’ADE, le projet Yakar et Nike lancent une édition limitée de 150 jerseys dont l’intégralité des fonds seront reversés à l’école pour améliorer les installations sportives.

On n’a pas besoin d’aller jusqu’au bout du monde pour apporter une aide, chacun doit faire avec ses moyens, à son échelle et se poser la question: quel est mon combat ?

A travers le documentaire de vingt minutes, l’objectif est de retranscrire la manière dont les enfants ont fait de la pratique du ballon rond un socle vital à leur quotidien. Surtout, le film met en lumière une autre facette de l’humanitaire, dans laquelle la création joue un rôle prépondérant. « Il faut que l’on fasse l’effort créatif de montrer que l’humanitaire peut être différent. Je me suis toujours dit que si j’arrivais à apporter un côté créatif et lifestyle/mode, cela toucherait les gens qui n’ont pas encore posé leurs yeux sur des projets humanitaires. » Si la première mission de Yakar servait avant tout à pallier une insuffisance matérielle, Jonathan a une vision beaucoup plus large. Le projet se nomme « Yakar », ce qui signifie « espoir » en Wolof. Et l’espoir va au-delà d’une distribution de maillots. L’objectif à terme est d’inscrire le projet dans le temps, le rendre pérenne en menant des actions concrètes. « J’ai envie de créer une brand humanitaire, que Yakar soit une marque identifiée et que tout ce qui se produit sur ce label puisse bénéficier aux enfants. Je suis allé chercher des maillots neufs, mais pourquoi pas faire de l’upcycling avec des maillots déjà usés ? Il y a plein de ponts à faire, allier créatif, humanitaire et écologie, ce serait super. » Après avoir posé une première pierre à l’édifice, la seconde mission du projet Yakar est de construire dans les prochains mois un terrain de football adapté pour les enfants de l’école ADE. Une récolte de fonds vient d’être lancée pour financer ce nouveau terrain.

Avec Yakar, c’est le projet d’une vie qui se concrétise, la rencontre entre deux mondes réunis à travers le prisme du sport, véritable langage universel. Bien que les actions se cantonnent aux frontières de Thiaroye, Yakar est un message d’espoir qui traverse les frontières et déconstruit les stéréotypes. Il est l’exemple d’une nouvelle façon de concevoir l’humanitaire et surtout, il a vocation à inspirer toutes les personnes animées par la volonté d’aider son prochain. « Je crois que chacun peut aider à son échelle. Ce qui est important, c’est de choisir une cause qui nous tient assez à cœur pour pouvoir s’y tenir, même face aux difficultés que l’on rencontre. On n’a pas besoin d’aller jusqu’au bout du monde pour apporter une aide, chacun doit faire avec ses moyens, à son échelle et se poser la question: quel est mon combat ? ». Parce que chaque baroud pour la vie d’autrui mérite d’être mené.

Le documentaire sera disponible aujourd’hui sur le compte Instagram @yakarproject et les 150 maillots sont à retrouver sur le site Pro Direct Soccer.