FKA Twigs tutoie plus que jamais le sublime sur son nouvel album “Magdalene”

Pour son deuxième album, la britannique livre un chef d'oeuvre.

fka twigs

Plus de cinq ans après la sortie de son premier long-format LP1, FKA Twigs a fait son retour vendredi dernier en dévoilant un nouvel album intitulé Magdalene. Un projet annoncé début septembre et habilement teasé grâce à la sortie de trois superbes singles. Plutôt discrète ces dernières années, la chanteuse britannique a tenu à prendre son temps. Un EP M3LL155X sorti en 2015, des publicités pour Nike et Apple, puis une brève apparition sur Testing d’A$AP Rocky plus tard, FKA Twigs semblait désespérément laisser sa carrière musicale de côté. Il n’en est finalement rien. Elle a simplement pris le temps d’imaginer, de conceptualiser et de créer un album quasi parfait. Car s’il s’est longtemps fait attendre, Magdalene est sans aucun doute l’un des plus beaux albums de l’année. Un disque à la beauté froide et éthérée, teinté d’émotion, de souffrance et surtout, de talent.

Il ne faut pas s’en cacher, Magdalene n’est pas vraiment un projet accessible. Comme c’est toujours le cas avec FKA Twigs, les sonorités dissonantes et les arrangements très expérimentaux peuvent surprendre, voire décontenancer de nombreux auditeurs. Si ces trois premiers formats l’avaient déjà bien laissé entendre, ce nouvel album vient en tout cas confirmer qu’il est tout simplement impossible de ranger la britannique dans une case. Elle évolue en effet sans cesse à la frontière du RnB, de l’électro, du classique et du trip-hop. Si son producteur historique Arca est ici en retrait, FKA Twigs a su construire l’identité de son nouveau projet en s’entourant de profils aussi singuliers que variés, comme Nicolas Jaar, Benny Blanco, Jack Antonoff ou encore Skrillex. Des producteurs et auteurs issus d’univers diamétralement opposés, qui se mettent ici au service d’une FKA Twigs au sommet de son art.

Beauté ambivalente

De la majestueuse ouverture “thousand eyes” à la conclusion déchirante qu’est “cellophane”, Magdalene baigne, comme son nom l’indique, dans une atmosphère sacrée. C’est dans une interview accordée à la BBC que FKA twigs a révélé sa fascination pour ce personnage si controversé de la bible, à l’origine de nombreuses légendes : “Marie-Madeleine représente pour moi l’archétype de la vierge et de la prostituée. En tant que femme, je peux être innocente, pure et fraîche, mais je peux aussi être dangereuse, instruite, séduisante et puissante, tout cela en même temps. Dans notre société contemporaine, les femmes ressentent souvent l’obligation d’être soit l’un soit l’autre. Et c’est une honte. Nous sommes fortes, nous pouvons être les deux.” Cette notion de dualité se ressent tout au long de l’album, où les morceaux passent parfois de la douceur à la violence en un instant. Un arrangement, une note ou un simple murmure deviennent des marqueurs de rupture qui servent la narration de titres construits comme de véritables récits.

Maîtrisé et extrêmement cohérent de bout en bout, ce second album multiplie pourtant les changements de direction sonore, passant en un clin d’oeil d’un titre orienté trap avec “holly terrain” en featuring avec Future à un morceau à la tonalité religieuse comme “mary magdalene.” De son côté, la voix cristalline de FKA twigs n’a jamais semblé aussi chargée en émotion que sur ces 9 nouveaux titres. L’artiste anglaise la module à sa guise, la pousse dans ses retranchements et joue avec des effets électroniques parfaitement calibrés. Sur la forme, Magdalene est un exceptionnel ovni expérimental, qui ne peut laisser indifférent.

La force dans la douleur

Si elle excelle toujours sur le plan vocal et sur la production, FKA Twigs franchit un véritable palier en termes d’écriture sur Magdalene. En cinq ans, la vie de la britannique a en effet connu de nombreux changements, avec les joies et les peines qui les accompagnent. Dans une note expliquant la genèse de ce nouveau projet, FKA Twigs écrit : “Je n’aurais jamais imaginé qu’avoir le coeur brisé pouvait avoir autant d’impact. Je n’avais jamais imaginé que mon corps pouvait arrêter de fonctionner au point que je ne puisse plus m’exprimer physiquement.” Un drame pour une femme qui s’est d’abord fait connaître pour ses talents de danseuse. Composé après la fin de sa relation médiatisée avec Robert Pattinson, ce nouveau projet traite avant tout de la notion de perte. FKA Twigs prend ainsi le parti de se mettre à nu et de montrer les conséquences du deuil amoureux. Magdalene ne comporte toutefois pas de morceaux de rupture inspirants et entraînants, qui promettent des jours meilleurs. Non, il est ici question de souffrance, de désolation et de résilience.

Magdalene un album qui se veut comme le chant d’une cygne d’une femme éreintée par sa nouvelle célébrité, ses peines de coeur et ses problèmes de santé (ndlr : en mai 2018, FKA twigs confiait sur Instagram qu’elle avait subi une lourde opération afin de se faire retirer six tumeurs à l’utérus). La chanteuse embrasse sa souffrance et confère alors un aspect quasi thérapeutique à ses créations, dont le but premier est de puiser dans sa douleur pour en tirer de la force. Parfait sur la forme comme sur le fond, Magdalene est un projet aussi audacieux que réussi. L’une des plus belles claques de 2019.

À lire aussi : Frank Ocean vs Def Jam, ou comment l’intelligence d’un artiste a vaincu l’industrie musicale.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed