Comment le coronavirus impacte l’industrie de la mode

Un secteur particulièrement touché.

coronavirus
Photo : Highsnobiety

Alors que le cap des 20 000 personnes touchées par le coronavirus a été franchi ce mardi, le virus originaire de Chine n’en finit plus d’inquiéter les autorités mondiales. Et si cette épidémie préoccupe évidemment les grandes instances de santé, le coronavirus a également un impact sur toute l’économie chinoise et notamment, celle du milieu de la mode. En effet, trois grands piliers de cette industrie sont frappés par les conséquences de l’épidémie : le retail (Nike vient d’annoncer la fermeture de 50% de ses boutiques en Chine), la production et les événements. Comme l’explique le média italien NSS Magazine, la propagation du coronavirus à travers l’empire du milieu a coïncidé avec la période du nouvel an chinois, le moment de l’année où la fréquentation des magasins atteint des sommets. Devant la panique générale et les restrictions imposées par le gouvernement de Xi Jinping, le secteur du retail serait actuellement à l’agonie et ce, dans plusieurs grandes villes du pays.

Les événements mode sont également impactés, en atteste la récente annulation de la Fashion Week de Shangai, une ville pourtant située à près de 1000km de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie. La plus grosse inquiétude concerne toutefois le secteur de la production, la Chine accueillant des milliers d’usines de grandes marques internationales. Souvent fermées le temps des célébrations du nouvel an chinois, ces usines pourraient être contraintes de fermer le temps que l’épidémie soit contrôlée. Un casse-tête pour les géants du textile, certainement plus préoccupé par leur délais de production que par ces problèmes de santé publique. Toujours selon NSS Magazine, les collections Spring/Summer produites en Chine en février/mars sortent en avril à travers le monde. Mais si le coronavirus continue de se propager durant cette période, ces nouvelles pièces ne pourront toutefois pas être mises en vente avant le début de l’été, au mieux.

Interrogé par le média américain Jing Daily, l’expert en investissement avec la Chine Xi Yang s’est montré très inquiet pour les groupes disposant de la majorité de leurs usines dans ce pays : “Si les marques n’ont pas diversifié leur production en dehors de Chine, il n’y a pas grand chose qu’elles puissent faire pour réduire les pertes financières à venir. Les usines sont fermées en ce moment et elles ne sont pas prêtes de réouvrir. Et même en cas de réouverture, il n’y a aucune garantie qu’il y ait une main d’oeuvre suffisante pour assurer les commandes ou pour fabriquer les produits selon les standards habituels.” Devant une telle crise, les conglomérats français LVMH et Kering ont décidé de donner 2 millions de dollars à la Croix-Rouge chinoise. Pas sûr que cela soit suffisant pour rassurer le reste des géants de la mode mondiale.

À lire aussi : Stüssy dévoile sa collection Spring/Summer 2020.