Pour Virgil Abloh, Pharrell Williams a révolutionné la mentalité de la jeunesse afro-américaine

Virgil Abloh Pharell Williams New York Times
Photo : Christian Anwander

Virgil Abloh, le directeur artistique de Louis Vuitton, s’est exprimé dans les colonnes du New York Times à propos de In Search Of…, l’album mythique de Pharrell Williams et de son groupe N.E.R.D. L’occasion pour lui d’évoquer le bien que ce dernier a fait pour la communauté afro-américaine. En effet, Abloh explique que cet album lui a laissé une marque indélébile, ce qui le décide aujourd’hui à lui rendre ses lettres de noblesses. Album phare des années 2000, In Search Of… n’appartient à aucune case, il a été acclamé par la critique car il vacillait entre le hip-hop, le funk, le rock et l’électro. Cependant, Virgil Abloh salue la performance de Pharrell sur cet album et explique qu’il était alors sa principal influence, plus que le reste du groupe.

Sur ce sujet, le créateur américain déclare : “Il y a une interview où Pharrell dit que l’album est trop blanc pour la radio noire et trop noir pour la radio blanche. En tant qu’enfant de la banlieue de Chicago, faisant du skate et cherchant mon identité, ça a résonné en moi plus que le simple hip-hop. Et je pense que cela a décrit toute une génération de jeunes enfants et artistes noirs qui ont depuis été déterminés à être eux-mêmes et à franchir cette porte qui a été ouverte par Pharrell.” Un bel hommage rendu au créatif américain, que nous avions rencontré l’an dernier à la Station F.

Il poursuit son éloge : “À l’époque, vous deviez être un voyou, un athlète ou un rappeur. Et puis, Pharell Williams est arrivé avec un panache différent en tant que producteur, artiste, créateur de tendances… C’était un nouveau prototype, et il est arrivé avec une musique toute nouvelle. Cette prise de risque symbolise une grande partie de la liberté que j’exprime dans mon travail.”

L’article du New York Times est a retrouver dans son intégralité à cette adresse.

À lire aussi : Comment la crise du coronavirus rapporte des milliers de dollars à Soulja Boy