Le confinement fait fortement chuter la consommation de streaming musical

Les chiffres le prouvent.

rap streaming musical confinement

De premier abord, on pouvait largement imaginer qu’une période de confinement allait profiter aux plateformes de streaming musical. En effet, des gens constamment chez eux ont plus tendance à écouter de la musique en grande quantité, sur le papier en tout cas. Les chiffres révélés ces derniers jours montrent qu’il n’en est rien et que c’est même nettement l’inverse qui se produit : le streaming musical est largement touché par cette période de confinement.

En Italie par exemple, les chiffres ont montré qu’entre le 3 et le 17 mars, les écoutes du top 200 de Spotify ont baissé de 23,1% alors que ce chiffre est de 12,7% en Espagne. En France, le constat est le même, bien qu’il soit plus nuancé puisque la baisse n’est que de 2,4% jusqu’ici. Même si cela pourrait évidemment continuer à baisser. Au total, c’est une forte chute de traffic qu’enregistre les plateformes de streaming sur le sol européen, alors que leurs concurrents du streaming vidéo profitent au contraire de cette période. À tel point que Netflix a d’ailleurs été obligé de diminuer la qualité visuelle de ses programmes, à la demande de l’Union Européenne, pour éviter la saturation des réseaux face à l’impressionnante concentration de connexion.

Cette différence de trajectoire entre le streaming musical et vidéo en cette période de confinement peut toutefois s’expliquer par les habitudes de consommation de la population. L’écoute de musique est souvent plus liée au fait de sortir : aller au travail, à la salle de sport, en promenade… Alors que le streaming vidéo est nettement plus lié au fait d’être chez soi. Et c’est une explication que les chiffres confirment ces derniers temps.

Si cela n’est évidemment pas définitif, c’est en tout cas un nouveau coup dur économique pour l’industrie musicale, alors qu’elle a déjà été grandement impactée par les multiples annulations et reports de concerts suite à la pandémie de Covid-19. Et comme souvent, ce seront les plus petits artistes et labels qui souffriront le plus de cette crise…

À lire aussi : Childish Gambino dévoile officiellement son nouvel album “3.15.20”