Pourquoi le procès opposant Apple à Epic Games pourrait être historique

Cette bataille juridique entre les deux géants s'ouvre aujourd'hui.

apple epic games procès

Ce lundi 3 mai est marqué par l’ouverture d’un procès qui peut devenir historique puisqu’il oppose l’éditeur du jeu Fortnite (Epic Games) à Apple. Le premier accuse le second d’entrave à la concurrence dans un recours à la justice qui durera 3 semaines et se tiendra en Californie.

Tout remonte à août 2020, quand Fortnite proposa à ses joueurs sur iPhone d’acheter des V-Bucks (la monnaie du jeu) moins chers en passant par un autre système de paiement que celui de l’App Store. Problème : le géant californien de la tech n’autorise rien d’autre que son propre système de paiement pour les achats intégrés, un moyen pour lui de toucher 30% de commission. Une somme justifiée par Apple pour financer le fonctionnement de son application.

Face à cette décision d’Epic sous forme de déclaration de guerre à un modele économique, Apple ne s’est pas fait prier et a immédiatement décidé de retirer Fortnite de l’App Store. Une décision toute aussi offensive que celle d’Epic Games, qui montre que les deux géants sont prêts à en découdre.

L’ironie du procès d’Epic contre Apple – c’était plus simple pour eux de partir en guerre parce qu’IOS était une toute petite partie du business de Fortnite, mais ça rend aussi difficile le fait de justifier qu’IOS leur est essentiel.

Ce procès entre Epic Games et Apple est donc l’un des plus importants dans le monde de la tech ces dernières années, tant il concerne une opposition quasi idéologique qui ne se réglera pas à l’amiable. Également, si Epic obtient gain de cause, c’est une partie importante du modele économique d’Apple (et plus spécifiquement de l’Apple Store) qui s’en trouverait grandement remis en cause. Les enjeux sont donc immenses pour tous les partis.

En préambule du procès, l’éditeur de Fortnite a très simplement résumé la raison de ce procès intenté à la marque à la pomme : « Apple a construit un écosystème de façon à restreindre la distribution d’applis, exclure ses rivaux, nuire à la concurrence et aux consommateurs. »

Erik Stallman, professeur de droit à l’université de Berkeley, a quant à lui résumé les enjeux de la façon suivante : “Mais la vraie question, pour moi, c’est : veut-on vraiment un environnement où toutes les applications doivent passer par le même portail, qui est contrôlé par le développeur des appareils et du système d’exploitation mobile ?” avant d’ajouter : “C’est le futur de l’informatique mobile qui est en jeu.” Vous l’avez compris, les prochaines semaines seront le théâtre d’une bataille majeure dans le monde de la tech.

À lire aussi : Netflix, Amazon Prime Video, Disney+ : voici ce qui sort en mai