Mode : une pièce en coton sur cinq serait produite dans un camp de travail Ouïghour en Chine

Plusieurs millions de personnes sont actuellement enfermées par les autorités chinoises à cause de leur religion.

camp de travail Ouïghour Chine mode textile coton

Un chiffre qui fait froid dans le dos. Selon un rapport établi par plus de 180 ONG, 20% des vêtements en coton vendus dans le monde proviennent de camps de travail Ouïghour. Depuis plusieurs mois, le traitement infligé à cette minorité musulmane par les autorités chinoises est mis en lumière par de nombreuses associations. La province du Xinjiang, la région natale du peuple Ouïghour, accueille notamment des camps de rééducation et de travail forcé, dans lesquels seraient enfermés plusieurs millions d’individus. Persécuté par le pouvoir central du fait de leur religion, les Ouïghours subiraient des traitement inhumains de la part des autorités chinoises. C’est en tout cas ce que dénoncent de nombreuses ONG, qui reprochent par ailleurs aux gouvernement des grandes puissances mondiales de rester silencieux face au drame qui est en train de se jouer.

Et si le gouvernement brille de par leur manque de réaction face à la toute puissance chinoise, l’industrie de la mode se retrouve également dans le collimateur des défenseurs des droits de l’homme. Selon une enquête relayée par Novethic, une pièce en coton sur 5 serait donc produite dans la province du Xinjiang, au sein d’un camp de travail Ouïghour. Sur le banc des accusés, on retrouve quelques unes des plus grandes enseignes textile : H&M, Nike, adidas, Lacosta, Puma, Gap, Tommy Hilfiger… Certaines de ses marques, comme adidas et H&M, ont d’ores et déjà annoncé rompre les liens avec leurs centres de productions situés dans la province du Xinjiang. Plus que jamais, le changement s’impose.

Pour en savoir plus sur la situation du peuple Ouïghour, nous vous invitons à suivre l’association des Ouïghours de France et le mouvement #FranceforUyghurs.

À lire aussi : Chadwick Boseman était bien plus qu’un grand acteur.