Naomi Osaka et LeBron James sont les athlètes de l’année de l’Associated Press

Leur activisme a été grandement salué.

naomi osaka lebron james athlète de l'année associated press 2020

Comme chaque fin d’année, la prestigieuse agence de presse Associated Press (AP) distribue des récompenses, avec notamment une catégorie dédiée au sport. En 2020, ce sont Naomi Osaka et LeBron James qui viennent de recevoir les prix d’athlètes de l’année. Outre leurs performances sportives, la tenniswoman et le joueur des Lakers ont également marqué l’année grâce à leur activisme au sein notamment des combats sociaux aux États-Unis.

À la suite de l’affaire Jacob Blake (un afro-américain ayant reçu 7 balles dans le dos par un policier en septembre dernier), Naomi Osaka a refusé de jouer sa demi-finale de l’US Open, à la manière des joueurs NBA qui ont entamé un boycott à ce moment là. La jeune femme a également participé à ce fameux tournoi (qu’elle a remporté) en portant des masques noirs arborant le nom des victimes de violences policières : George Floyd, Elijah McClain, Ahmaud Arbery, Trayvon Martin ou encore Philando Castile.

Du côté de LeBron James, c’est la quatrième fois qu’il est nommé par l’AP athlète de l’année. Via son association More Than A Vote (qui a grandement lutté contre l’abstention électorale au sein de la jeunesse afro-américaine), son école I PROMISE (qui a réalisé de nombreuses aides alimentaires pendant le confinement) ou encore House Three Thirty (un programme de financement de soins médicaux et de formations professionnelles), LeBron James a réalisé de vraies différences en 2020. Sur le plan sportif, il a dépassé le regretté Kobe Bryant au scoring dans l’histoire de la NBA, et surtout il a remporté son 4ème titre NBA (et son 4ème MVP des finales) en conclusion de la “bulle” d’Orlando.

Mais plus que leurs performances sportives exceptionnelles, ce sont les engagements pris par Naomi Osaka et LeBron James qui en font les symboles forts d’un monde du sport qui s’est plus engagé que jamais en 2020. Au coeur d’une année chargée sur le plan social, sanitaire et politique aux États-Unis (et partout dans le monde), ils se sont affirmés comme des sportifs dont l’impact dépasse les performances sur le terrain.

À lire aussi : Cinq bonnes raisons de suivre la nouvelle saison NBA