Il est pratiquement impossible de distinguer l’art créé par l’intelligence artificielle et par l’humain d’après une nouvelle étude

« Si les ordinateurs commencent à produire des messages persuasifs et qu’ils sont mis devant les gens, quel effet cela aurait-il ? »

peinture art intelligence artificielle
Peinture réalisée par un ordinateur

Une nouvelle étude a mesuré la façon dont les humains perçoivent les œuvres d’art générées par l’intelligence artificielle. La conclusion est la suivante: la grande majorité des gens ne peuvent pas faire la différence.

Publiée dans la revue Empirical Studies in the Art par la chercheuse Harsha Gangadharbatla, l’étude s’inspire de la vente du Portrait d’Edmond de Belamy. Cette impression sur toile générée par l’intelligence artificielle par le studio de création Obvious a été vendue aux enchères 432 500 dollars. L’étude consistait en un sondage demandant aux personnes répondant à l’enquête de faire la distinction entre les œuvres d’art humaines et les œuvres d’art crées par l’intelligence artificielle. Les œuvres humaines représentant des paysages impressionnistes et abstractions géométriques ont été créées par les artistes Tom Bailey et Steve Johnson, tandis que les œuvres créées par ordinateur étaient faites à l’aide d’algorithmes par un seul artiste. « Pour moi, la chose intéressante était le rôle de l’homme dans la production d’art », explique Harsha Gangadharbatla.

Sur les centaines de personnes sondées, une grande majorité n’ont pas été en mesure de distinguer les œuvres créées par des humains et des œuvres crées par l’intelligence artificielle. L’étude révèle que les sondés ont plus de succès à attribuer les œuvres abstraites à l’IA. En effet, il existe une tendance à assimiler l’abstraction à l’intelligence artificielle et l’art plus représentative à un créateur humain.

La chercheuse H. Gangadharbatla affirme que l’intelligence artificielle créant des œuvres d’art est relativement inoffensive, transposée à la publicité, l’intelligence artificielle est plus inquiétante: « Si les ordinateurs commencent à produire des messages persuasifs et qu’ils sont mis devant les gens, quel effet cela aurait-il ? » s’interroge-t-elle.

À lire aussi : Le mystère autour de l’œuvre emblématique “Le Cri” a enfin été résolu