Les 5 collections qui ont retenu notre attention à la Paris Fashion Week Homme

Entre jeunes marques sur la pente ascendante et piliers de la haute-couture.

paris fashion week collection homme 2021 casablanca
Photo : @roxanepeyronnenc

Du 19 au 24 janvier se tenait la Fashion Week masculine de Paris. Pandémie oblige, c’est en ligne que les différentes marques présentes ont dévoilé leurs collections Automne/Hiver 2021. Et comme toujours, entre les jeunes marques en pleine ascension et les mastodontes de la haute-couture, plusieurs défilés se sont avérés marquants. Tour d’horizon avec 5 d’entre eux.

Casablanca

Pour sa collection Automne/Hiver 2021, Charaf Tajer (le fondateur de Casablanca) a décidé d’opter pour un univers rappelant toute l’élégance de la Côte d’Azur des années 60-70 et plus globalement de Monaco. Cela va du Grand Prix au casino, en passant par les soirées prisées par les résidents de la Riviera.

Cette capsule débordante de couleurs, de motifs cartes à jouer ou de damiers, a la particularité de dévoiler une nouveauté au sein du label : la première collection Femme. Dans une ambiance décontractée, 78 acteurs sublimés par une photographie magnifique étaient conviés pour rendre hommage à cette jet-set azuréenne d’une époque révolue, mais ravivée le temps d’une soirée.

GUNTHER

Cette nouvelle collection de la marque française GUNTHER nommée “No Sleep In Tokyo” porte sur la culture ancienne et moderne de la métropole nippone. Imaginée par Naomi Gunther et Gabin Ducourant, la capsule s’inspire du contraste entre le jour et la nuit au sein de la capitale japonaise. C’est autant une ode au minimalisme de la ville de Tokyo qu’à la frénésie nocturne pour laquelle elle est réputée.

Naomi Gunther, fascinée par les couleurs et l’électricité que possède la ville, adopte à la fois des silhouettes traditionnelles, rétros et futuristes, le tout mélangé à des couleurs froides et fluorescentes parfaitement ancrée dans la tendance actuelle du cyberpunk. Révélée par Offset au grand public, la marque a de beaux jours devant elle.

Louis Vuitton

En hommage à l’écrivain américain James Baldwin, célèbre pour son combat en faveur des droits des afro-américains et de la communauté gay, Virgil Abloh a présenté une collection qui s’oppose au racisme et à l’homophobie. Influencé par le documentaire Un étranger dans le village retraçant l’histoire de Baldwin débarquant dans les années 1950 dans un village suisse parmi des blancs et découvrant un « être différent », Virgil questionne les stéréotypes pour créer cette collection en se demandant par exemple : “Un homme d’affaires est-il toujours blanc ? Un basketteur est-il toujours noir ? Sont-ils toujours des hommes hétérosexuels ?”  

Présentée au Tennis Club de Paris, cette performance de 15 minutes regroupe les univers de la danse, de la poésie et même le patinage. D’origine ghanéenne, le créateur rend aussi hommage à l’Afrique en utilisant le kente, textile ghanéen fait de bandes de tissu tissées à la main de soie et de coton afin de réaliser un tissu tartan. Les couleurs, elles, sont plutôt neutres, le vert étant dominant. Mais Abloh n’en n’oublie pas ces coups de visibilité dont lui seul a le secret, comme avec ses pièces 3D représentant la ville de Paris et New York, ses manteaux surdimensionnés ou encore des gants longs de diva. Une présentation généreuse et riche en références.

Kid Super

La marque Kid Super, novice des Fashion Week, continue de prouver que sa place au sein de l’élite de la mode est largement méritée. Cette collection du new-yorkais Colm Dillan intitulée “If the plan doesn’t work you’re insane, if the plan works you’re a genius” (“Si le plan ne fonctionne pas vous êtes fou, s’il fonctionne vous êtes un génie”) offre un aspect extravagant se rapprochant de l’absurde, notamment grâce à des couleurs fluorescentes et très lumineuses, créant tout le charme de la collection.

Allant d’un pantalon Maradona à des bas pyjamas aux motifs difficilement cohérents, Dillam veut montrer qu’en cas de réussite, tout devient crédible. À travers les nombreux looks sont révélées des collaborations prestigieuses pour la marque, comme avec Puma ou Action Bronson. De quoi lui assurer une belle ascension.

HOMME PLISSÉ ISSEY MIYAKE

L’incontournable marque japonaise HOMME PLISSÉ ISSEY MIYAKE, véritable reine des plissés, s’est contentée de perfectionner sa marque de fabrique iconique avec cette collection “Never Change, Ever Change”. On retrouve à travers cette vidéo, une illustration de l’élégance de ses pièces en mouvement.

Le but de celle-ci ? Montrer l’amélioration des pièces marquantes de la marque grâce à de nouvelles techniques, comme ce nouveau tissu plus léger en polyester 100% recyclé, mais aussi une nouvelle série de manteaux à manches doubles. Le tailored pleats, un incontournable de la marque, s’est décliné en deux nouveaux aspects : une veste courte accompagnée d’un pantalon. Pour finir, une paire de chaussures en tissu chambray grise et noire, imaginée en collaboration avec Wakouwa, a été dévoilée.

À lire aussi : Pigalle revient à ses fondamentaux pour sa collection Automne/Hiver 2021