Zendaya, à la conquête d’une génération

zendaya portrait
Photo : ELLE

Ancienne rising star, Zendaya est aujourd’hui l’une des actrices les plus bankables d’Hollywood. Son changement de statut est le fruit d’une carrière hétéroclite, ponctuée par des apparitions dans les blockbusters les plus populaires auprès du jeune public. 

Le 20 septembre 2020, quelques jours après avoir soufflé ses vingt-quatre bougies, Zendaya Coleman entre dans l’histoire. Son explosion de joie capturée en photo devient virale, converti en mème exhibé fièrement en photo de profil. Ce soir-là, elle devient la plus jeune lauréate de l’Emmy Awards de la meilleure actrice dans une série télévisée dramatique, pour sa performance dans la série Euphoria. Un aboutissement de plusieurs années de travail. Collégienne frénétique passionnée par la danse, lycéenne agent secret façon Kim Possible, trapéziste à la chevelure rose : l’actrice a campé les rôles les plus variés. Elle nourrit aujourd’hui les fantasmes de ceux qui l’érigent en modèle. Aux côtés de Tom Holland, son partenaire à l’écran et dans la vie, elle rayonne sur les tapis rouges par ses tenues audacieuses, signées Roberto Cavalli ou Valentino. 

Entre les nostalgiques de l’ère Disney Channel, les fans inconditionnels du Marvel Cinematic Universe et les fidèles d’Euphoria, Zendaya semble faire l’unanimité. Le Conseil des créateurs de mode américains l’a également consacrée. En novembre dernier, le « Fashion Icon Award » s’ajoute à son palmarès. Avec cet honneur, Zendaya marche dans le sillage des stars les plus adulées : Naomi Campbell, Jennifer Lopez, Rihanna ou encore Beyoncé. Elle n’a pourtant que 25 ans. En 2016, W magazine titrait « Zendaya Is Next, Next, Next! ». Aujourd’hui, GQ métaphorise Hollywood en son nom et suggère une consécration aboutie : « Welcome to Zollywood ». Omniprésente dans l’espace médiatique, la jeune femme est devenue en quelques années l’une des personnalités les plus incontournables du spectre hollywoodien, dont elle maîtrise parfaitement les codes. 

Role Model idéal

Sur le compte Instagram à 115 millions abonnés de Zendaya, les covers de magazines côtoient les photos promotionnelles. Quelques clichés plus intimes apparaissent sur son feed léché. L’un d’eux montre le visage d’une enfant à l’air espiègle. D’autres, celui d’une jeune femme délestée de son maquillage, la figure angélique. Un emballage harmonieux, presque parfait.

Quand j’ai compris que mon influence sur les réseaux grandissait, j’ai réalisé que ma voix était beaucoup plus importante que ce que je pensais au départ.

Zendaya

Depuis les prémices de sa carrière d’actrice, Zendaya incarne le rôle de modèle. En 2013, le public de Disney Channel la découvre dans la série Shake It Up. L’écurie est à l’époque dominée par une armée d’idoles : Miley Cyrus, Selena Gomez, Demi Lovato, Debby Ryan ou encore Bridgit Mendler. Avec Bella Thorne, Zendaya forme un tandem complémentaire et pétulant. Mais l’actrice qui interprète le personnage de Rocky Blue se démarque rapidement. Sa belle gueule et son sourire éclatant séduisent d’abord les recruteurs de l’émission Danse avec les stars. Durant toute la compétition, la jeune vedette de Disney surplombe ses concurrents, enchaîne les performances acrobatiques et acquiert la sympathie du public américain. 

En dehors des studios de danse et de cinéma, Zendaya fait des émules. Elle est jeune mais en impose. Ses sorties médiatiques sont maîtrisées, ses discours fluides et déjà conscientisés : « Je proviens de l’univers Disney, donc mes mots se doivent d’être mesurés ». Pourtant, ses prises de parole s’apparentent souvent à des plaidoyers. Au fur et à mesure de sa carrière, Zendaya s’est muée en militante, un statut devenu une partie fondamentale de son personnage public. « Quand j’ai compris que mon influence sur les réseaux devenait de plus en plus grande, j’ai réalisé que ma voix était beaucoup plus importante que je ne le pensais au départ. Je pense que si chaque jeune comprenait le pouvoir de sa parole, les choses seraient bien différentes », souffle-t-elle à Glamour en 2017. Pour la jeune femme, la défense des droits des Africains-Américains est un combat de vie. Une cause qui compose un mantra, rebattu à chacune de ses interviews. 

Une quête de pouvoir

Née en 1996 à Oakland, berceau historique du Black Panther Party, son engagement lui a été transmis en héritage. Le sous-sol de la maison où elle grandit abrite un repère pour les membres du parti dans les années 1960. Ses tantes paternelles, « toutes coiffées d’une afro », sont de fidèles Black Panthers. Par son activisme, Zendaya reprend logiquement leur flambeau et ambitionne de faire partie du mouvement et s’engage à faire évoluer les mentalités : « En tant que femme noire à la peau claire, il est important que j’utilise mon privilège, ma plateforme pour montrer toute la beauté qu’il y a dans la communauté afro-américaine ». En juillet 2020, elle donne à Patrisse Cullors, cofondatrice du mouvement Black Lives Matter, le contrôle de son compte Instagram, afin d’ouvrir un dialogue sur la question raciale. Les vidéos sont visionnées plus d’un million de fois. Trois ans plus tôt, Zendaya se joint aux quelques centaines de milliers de manifestants à Washington lors d’une « Marche des femmes » historique. Elle est la figure d’un mouvement, d’un activisme décomplexé auxquels prennent part d’autres acteurs et actrices de la même génération : John Boyega, Yara Shahidi ou encore Amandla Stenberg. Une génération qui ose et ne se conforme pas.

Il est difficile pour un.e jeune issu.e [d’un milieu non-blanc] de regarder la télévision et de ne voir personne qui lui ressemble.

Zendaya

L’empowerment féminin constitue un autre pan de son action militante. Elle veut prendre les rênes, piloter des projets, avoir des responsabilités. Dans les colones de l’Interview Mag, l’actrice affirme ses ambitions de réalisatrice, avoue que « l’idée de réaliser dans le futur [l’excite] ». Elle mentionne un potentiel projet futur : « J’adorerais une histoire de passage à l’âge adulte où des choses étranges et amusantes se produisent, comme lorsque n’importe quel jeune essaye de comprendre qui il est. » Pour le réalisateur Sam Levinson, Zendaya avait déjà laissé parler son imagination en proposant le scénario d’une fiction en noir et blanc, qui a donné naissance à Malcolm & Marie.

En 2014, lorsque Disney la rappelle pour l’enrôler dans une nouvelle série, Zendaya accepte à condition « d’avoir plus de pouvoir » et d’en être la productrice. Elle impose « une famille obligatoirement noire », sur une chaîne qui manque de représentation, et veut promouvoir  la diversité. « Il est difficile pour un.e jeune issu.e [d’un milieu non-blanc] de regarder la télévision et de ne voir personne qui lui ressemble », témoigne l’actrice. Avant elle, peu d’artistes noires ont fait partie du star-système de Disney. Seules les jumelles Mowry (Sister Sister), Raven Symmoné (Phénomène Raven) et China Anne McClain (Section Genius) complètent la liste. Quand elle hérite du rôle de Mary Jane pour le nouveau volet de la saga Spider-Man, la jeune femme se surprend d’avoir été choisie pour incarner un personnage qui n’est pas destiné à une actrice noire selon elle. « On s’habitue tellement à devoir briser les règles pour les gens », regrette-t-elle. 

Affaire de famille

Depuis sa conquête de la sphère hollywoodienne, Zendaya se complait dans son statut de role model, confortable et rassurant. La transition post-Disney a pourtant été une épreuve délicate pour de nombreuses pensionnaires de l’écurie. La phase de rébellion de Miley Cyrus après la fin de Hannah Montana en témoigne. Mais Zendaya conserve une image exemplaire,  qu’elle s’est ingéniée à bâtir dès son plus jeune âge avec le soutien de son clan. Le succès de la comédienne est avant tout une affaire de famille. « Elle est ma zone de confort », exprime Zendaya. Veillant dans l’ombre comme une éminence grise, Claire Stoermer et Kazembe Ajamu Coleman sont omniprésents dans la vie de leur fille. « J’ai eu de la chance d’avoir des parents qui me répétaient sans cesse qu’ils croyaient en moi », ajoute-t-elle. À l’époque des premières auditions, ils la couvent et savent que leur enfant va devenir une star. Pour payer les frais de déplacement pour les castings, la mère cumule deux emplois. Le père, ancien professeur de sport, devient son manager et garde du corps lorsque la célébrité surgit. 

L’image de Zendaya est gérée par Law Roch, son fidèle styliste depuis ses 14 ans. Il façonne son esthétique, lui donne de l’assurance au fil des années et devient l’artisan de son émancipation.  « Je voulais me créer une identité en dehors de mon personnage de Disney. La mode m’y a aidée. » Grâce à lui, l’adolescente angélique se mue en femme fatale.  Aux Critic’s Choice Awards de 2020, un haut rose vif en forme de plastron couvre à moitié le haut de son corps. Aux Emmy Awards de 2020, elle parade dans une robe vert émeraude signée Vera Wang, le buste toujours à demi couvert. Law Roch lui élabore des looks qui la rendent sexy et font d’elle une icône de mode. 

Au-delà de sa sphère familiale, Zendaya a su tisser un réseau influent. Sa relation avec Beyoncé en est l’exemple le plus prégnant. Pour le visuel du morceau « All Night » (album Lemonade), « Queen B » enrôle la jeune femme aux cotés de Chloe et Halle Bailey, Amandla Stenberg et le duo Ibeyi. « Elle nous avait dit qu’elle avait choisi des femmes fortes, puissantes et inspirantes qui pourraient être des exemples pour sa fille. Et elle voulait que j’en fasse partie », se souvient la Californienne. L’ancienne leader des Destiny’s Child décide de l’adouber et d’en faire son poulain. Sous la protection du couple Carter, Zendaya acquiert une aura médiatique encore plus forte qui forge sa notoriété. 

Lors des BET Awards 2021, l’ancienne star de Disney va jusqu’à emprunter à Beyoncé son image. Drapée dans une robe Versace, la même que portait « Queen B » pour l’édition de 2003, elle soulève un émoi chez les fans de la chanteuse qui célèbrent à travers elle un revival des années 2000. L’hommage est puissant mais le symbole l’est encore plus. À plusieurs reprises, Zendaya a joué de sa ressemblance supposée avec la femme de Jay-Z. Sur son feed Instagram, un post daté de 2015 laisse apparaître un photo-montage des deux artistes, cheveux humides et ondulés, le teint brillant du même éclat. « YONCE taugh me » (« YONCÉ me l’a appris ») est choisi pour caption. Un mimétisme mis au profit d’une stratégie d’image et d’influence bien ficelée. Comme son idole, Zendaya ambitionne de devenir l’égérie d’une génération. Celle que l’on nomme Z.